Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

Coupe du monde 2014 : le bonheur d'un peuple qui s'envole

Publié le 19 Juin 2014 par @Abdel-L'investigateur

Coupe du monde 2014 : le bonheur d'un peuple qui s'envole

La coupe du monde 2014 n'est pas africaine cette année. On a eu peu de moment de joie. Aucun moment de joie si je peux le dire ainsi. Tous ces matchs on les a suivi avec la peur dans le ventre. Dommage pour le peuple africain qui manque de ces moments de détentes et de joie. Regrettable de passer à côté de ces petits instants de bonheur que procure le cuir rond pour ces millions d'hommes et femmes ballotté entre les difficultés quotidiennes de la vie, l'incertitude d'un lendemain meilleur, l'insouciance de la classe politique. Seul point de convergence des peuples sur tout le continent, le football cette année peine à offrir à l'Afrique cette flamme patriotique qui l'a toujours marqué. Pour y arriver les dirigeants de ce sports doivent véritablement faire preuve de conscience humaine et comme le disait quelqu'un rendre à ce sport (le football) ce qu'il leur a rendu. Aux joueurs ils doivent avoir à l'esprit qu'une petite victoire sur un terrain de football apporte un immense bonheur à tout un peuple, plus que tout. Si ici au Togo, les visages sont crispés après les matchs du Nigéria, du Camerou et aujourd'hui celui de la Côte d'Ivoire, j'imagine un peu la grande déception des populations de ces pays respectifs. Aujourd'hui on peut sans risque de se tromper affirmer que le football est devenu une science et qui parle de science va d'abord avec méthode, organisation. Tant que les fédérations de ce sport seront gérées comme des cuisines familiales on ne peut pas espérer mieux que ces défaites en cascades. Les responsables de nos pays doivent penser à rendre au football ce que ce sport leur a donné. Ce soir mon coeur saigne, mais il continuera de se battre pour mon Afrique, conscient que ces échecs constitueront dans le futur le déclic pour une gestion professionnelle du football africain. La génération actuelle des dirigeants a fait son temps avec tout le lot de casserole qu'elle traine. Il est temps pour passer le témoin.

Commenter cet article