Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

Les dures réalités du terrain : l'ANC en perte de vitesse devant UNIR

Publié le 17 Juin 2014 par @Abdel-L'investigateur in Politique

Les dures réalités du terrain : l'ANC en perte de vitesse devant UNIR

Les images parlent d'elles-mêmes. Fabre en tournée dans les plateaux fait l’amer constat des réalités du terrain : la présence et l’omniprésence de Faure et de son parti sur tout le territoire togolaise. On dirait pratiquement que les différentes tournées que Fabre a organisées auront été pour lui l’occasion de prendre conscience de l’avancée du parti UNIR sur le terrain.

Partout où le responsable de l’ANC est passé, le constat a été le même. UNIR a bel et bien investi tout l’intérieur du Togo. Le travail accompli par le parti au pouvoir dans les profondeurs du pays n’est plus un secret pour l’ANC qui sait désormais qu’il faut plus que le courage et la détermination pour changer la donne. Le Chef de l’Etat est un homme aimé par sa population qui salue à juste titre ces efforts pour préserver la paix dans le pays au moment où l’insécurité empoisonne la vie des autres Nations autour de nous.

Au cours de cette tournée dans les plateaux, l’ANC a sans doute compris l’immensité de la tâche qui l’attend et que le fauteuil présidentiel ce n’est pas pour demain en tout cas pas pour 2015.

Dans les plateaux, les cœurs sont désormais au bleu. Faure est dans la vie quotidienne des togolais ; en témoigne cette photo imposante qui trône quelque part dans un salon où Fabre était reçu, histoire de lui rappeler qu’il était sur un territoire conquis depuis la nuit des temps par le parti UNIR.

A Tokpli, Isabelle AMEGANVI croyait obtenir des points auprès de Fabre en organisant une rencontre entre le Chef canton et la délégation de l’ANC. Mais c’était le fiasco total.
Accueilli puis installé dans le salon du Chef, Jean Pierre Fabre a eu le choc de sa vie en apercevant en face de lui une grande et imposante image de son éternel souffre-douleur, le président de la République, Faure Gnassingbé. Difficilement que Fabre est parvenu à prononcer quelques mots devant l’hôte de la maison. $

Ailleurs c’est carrément au mensonge et à la manipulation que s’est livrée la délégation de l’ANC pour pouvoir réunir une poignée d’individus. La politique ce n’est pas une affaire de muscle. Quand on véhicule des idées nobles, c’est tout naturel que les gens viennent vers vous. Les conditions qui ont entraîné la création de l’ANC ont laissé des traces sur l’évolution de ce parti. Jusqu’à présent Fabre croyait qu’il suffisait d’évincer Gilchrist Olympio pour hériter de la popularité et de l’aura dont jouissait ce dernier. Il n’en est rien. Fabre n’est rien en dehors de Lomé et avec cette tournée. Entre rêves et réalité il y a un grand fossé. Fabre ne sera jamais Gilchrist et ne parviendra jamais à séduire les togolais comme le vieux l’a fait en son temps.

Que Fabre lui-même tire sa propre conclusion de sa tournée. Quand il se roulait dans le sable fin de la plage de Lomé, quand il organisait des cérémonies funéraires pour disait il enterrer Faure, quand il organisait en plein chaud soleil des veillés de prières avec des bougies allumées pour réclamer le fauteuil de président, Faure lui avançait tout tranquillement s'imposant dans toute la région des plateaux comme première force politique. Les élections législatives de 2013 ont confirmé ces tendances déjà perceptibles en 2010. L'opposition a perdu la région des plateaux. Et les choses ne sont pas arrangées depuis que l’UFC s’est éclatée. Aujourd'hui à la veille des échéances présidentielles, Fabre tente de se racheter en improvisant des tournées qui tournent au fiasco. Ils sont rares à se bousculer pour aller écouter les messages oisifs et creux du CST/ANC. Les togolais de l’intérieur savent de quel côté se trouve les bonnes graines, celles qui peuvent demain germer. C’est la période des travaux champêtres et point n’est besoin de perdre son temps avec des aventuriers.

« Jean Pierre Fabre s'est imposé comme leader de l'opposition, en rapport au nombre de députés de son parti à l'Assemblée nationale. Même s'il est difficile d'apprécier le poids réel de son parti, puisqu'il s'était présenté sous la bannière du CST, son parti a 17 députés à l'Assemblée, loin derrière UNIR (62) mais loin devant Arc-en-ciel (6). Il jouit d'une solide popularité à Lomé, mais il semble que celle-ci ne dépasse guère la capitale et est plutôt faible même dans la région Maritime, où le CST fait jeu égal avec UNIR. Lui et son regroupement n'ont malheureusement pas réussi à capter les déçus de l'UFC, qui sont manifestement partis à UNIR dans le sud du pays ».

 

C’est en substance ce que disent les conclusions d’un rapport d’étude commandité par le Netask au cours des mois passés.

Qui veut aller loin, ménage sa monture. Depuis 2010, Fabre n’était pas sans savoir qu’en 2015, les togolais seront appelés à aller au vote et que le Togo ne se limitait pas seulement à Lomé.

 

 

 

Commenter cet article