Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

Discussions autour des réformes : L'extrémisme d'une rare férocité de l'ANC, bloque les travaux

Publié le 9 Janvier 2015 par @Abdel-L'investigateur in Politique

Discussions autour des réformes : L'extrémisme d'une rare férocité de l'ANC, bloque les travaux

Après tant de tergiversations, la commission des lois constitutionnelles et de la législation de l’administration générale a enfin démarré ses travaux sur la proposition de lois de l’opposition portant réformes constitutionnelles et institutionnelles.

Malheureusement les échos qui nous parviennent de l’Assemblée Nationale ne sont pas très bons.

En effet, les travaux sont une fois de plus quasiment bloqués à cause de l’extrémisme et de l’intransigeance de l’ANC de l’ANC de Jean Pierre Fabre, qui veut tout à lui seul. Tout le débat est bloqué sur l’article 59 dont le libellé divise.

Pour l’ANC il faut revenir au libellé de la constitution de 1992 qui dit : " le Président de la République est élu au suffrage universel direct et secret pour un mandat de cinq (05) ans renouvelable une seule fois. En aucun cas nul ne peut exercer plus de deux (02)     mandat … "

Or en voulant insérer l’alinéa 2 "en aucun cas nul ne peut exercer plus de deux (02) mandats", UNIR pense que l’ANC vise le Chef de l’Etat actuel, le président Faure Gnassingbé et par la même occasion Président du Parti majoritaire. Ce que n’accepte pas les députés UNIR, la majorité car pour eux, la loi doit être impersonnelle. On comprend aisément que l’ANC n’a pas tiré leçons du rejet par la majorité des députés le 30 juin 2014 du projet de loi envoyé par le gouvernement. Puisqu’en réalité le point qui fâchait et qui avait obligé la majorité à rejeter en bloc le texte proposé par le gouvernement était justement cette portion de phrase qui mettrait hors course tout candidat ayant déjà brigué deux mandats antérieurement.

A toute la classe politique à l’exception de l’ANC bien sûr les leaders d’opinion, la société civile dans son ensemble, le clergé et autres proposent depuis lors, le verre à moitié plein pour tous. Autrement dit, les partis politiques pas des moindres, comme le CAR, ADDI, OBUTS rejoints par le groupe de médiation du Professeur Magloire Kouakouvi et de Jean DEGLI ont compris qu’il faut accepter de perdre pour faire avancer les choses. Raison pour laquelle ces entités sont allées jusqu’à proposer que l’on accepte une nouvelle candidature de Faure Gnassingbé en 2015. Mais l’ANC, minoritaire à l’Assemblée veut, avec seulement 17 députés sur 91, élus imposer ses désidératas à la majorité, ce qui naturellement ne peut avoir de chance d’aboutir. Personne ne peut comprendre, ni expliquer cette absurdité typiquement togolaise qui voudrais que ce soit la minorité qui impose sa loi à la majorité. Mais l’ANC doit garder à l’esprit qu’à force de tirer sur la branche elle finit par se casser et aussi qu’à vouloir tout, on risque de tout perdre. Pendant que tout le monde parle de consensus, l’ANC fait bande à part avec un rare extrémisme, une inouïe naïveté et un insensé amateurisme alors que sur le terrain le rapport de force est en sa défaveur. Les togolais qui ne demandent qu’à vivre en paix tiendront pour responsable, Jean Pierre Fabre et son parti si d’aventure les réformes ne venaient pas à être faire et si jamais le pays sombre dans la violence lors de la présidentielle de 2015.

Kpelafia Bivaa

Eveil de la Nation du 09/01/2015

Commenter cet article