Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

Alberto Olympio, le magicien qui ne convainc pas.

Publié le 30 Mars 2015 par @Abdel-L'investigateur in Politique, Elections 2015

Alberto Olympio, le magicien qui ne convainc pas.

Le mercredi 25 mars dernier, le Docteur Alberto Olympio nous a présenté la recette de son ingénierie électorale. Une recette faite à base de mensonges, de confusion et de filouterie à tous les niveaux.

D’après l’ingénieur en Informatique devenu en l’espace de quelques mois, expert électoral, statisticien et analyste démographe, le fichier électoral togolais est truffé de doublons et de noms de personnes décédées ; ce qui fait de ce fichier un des plus corrompus.

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois, mieux des dieux.

Quelle crédibilité accorder à un travail effectué par un individu dans des conditions que personne ne maîtrise, sauf lui seul ? Le parti des togolais est-il devenu un cabinet d’expertise électorale indépendant ? Ainsi Alberto Olympio a-t-il oublié de dire aux togolais qu’il était aussi capable de pénétrer dans nos mairies pour confondre les registres d’état civil au fichier électoral afin de ressortir les listes des personnes décédées ? Alberto Olympio a-t-il tout simplement oublié de nous dire qu’il est un magicien capable de pondre des chiffres impossibles à vérifier ?

Sur quelle réalité vérifiable se reposent ses résultats ?

Alberto Olympio est tout simplement un dieu sur la terre de nos aïeux. Qui dit mieux ? Le seul et unique informaticien que compte le Togo c’est lui. Et par lui et avec lui les togolais découvrent la « vérité », sa vérité à lui, produite directement par des algorithmes et logiciels d’AXXEND.

Depuis quelques jours, les togolais n’ont plus droit au sommeil. L’homme aux salopettes rouges, le togolais américain qui se retrouve aujourd’hui à la queue du peloton politique togolais, n’entend pas laisser les togolais tranquilles avec sa magique découverte.

Lors de cette conférence de presse où on s’attendait à ce qu’un cabinet d’experts en analyse des données biométriques et démographiques nous disent qu’il a été sollicité par le Parti des togolais pour une étude du fichier électoral, c’est le chef de parti en la personne d’Alberto Olympio qui faisait office d’expert en tout ; sans malheureusement convaincre les togolais.

Comment a-t- il eu le fichier électoral et sur quelle base scientifique est-il arrivé à ses conclusions ?

On se rappelle le tapage et la rage d’Alberto Olympio à propos du fichier PDF que la CENI a bien voulu mettre à sa disposition lorsqu’il réclamait un accès à la base de données. A l’époque, Alberto Olympio avait déclaré qu’il n’accepterait pas un fichier PDF car disait-il, le PDF ne permettait pas un travail exhaustif. Il avait organisé plusieurs sit-in devant le siège de l’institution électorale ânonnant qu’il avait le droit comme tout parti politique de s’introduire dans les serveurs de la CENI pour faire son travail de vérification des données issues du recensement. La CENI on s’en souvient, n’avait pas répondu favorablement à la demande du Président du Parti des Togolais.

Pourquoi s’est-il résolu, aujourd’hui à traiter le fichier PDF qu’il avait rejeté au début ? Simple manœuvre démagogique pour camoufler ses soucis financiers ou volonté manifeste de contribuer à jeter du discrédit sur un scrutin auquel il n’aura pas réussi à prendre part malgré tout le tintamarre qu’il a fait ? En tout cas lui seul sait pourquoi subitement l’envie de traiter le PDF l’a saisi et le pourquoi il le fait seul dans son laboratoire.

Egalement, au cours de la conférence de presse, étrangement l’homme d’affaire déchu a affirmé avoir reçu la version électronique de la base de données sur une clé USB par une source anonyme. Etrange procédé d’un leader politique, ex dirigeant de société déjà poursuivi en justice pour faux usage de faux, abus de confiance et escroquerie.

Maintenant la question que les togolais se posent est de savoir entre les deux sources, le fichier PDF et les données frauduleusement acquises, concrètement sur quel base Alberto a effectué son travail ? Les togolais attendent ses explications parce qu’ils n’ont pas oublié la cacophonie et le tintamarre qu’il a organisé autour du format PDF allant même accuser indirectement les autres partis politiques (comme l’ANC et autres) qui l’ont accepté de moutons. On aimerait bien savoir si le Parti des togolais est devenu mouton au point d’accepter finalement le PDF pour se lancer dans son traitement.

Nous sommes sur un terrain juridique et scientifique et on sait que pour qu’une donnée soit admise comme vérité, il faut qu’elle franchisse certains obstacles liés notamment à la neutralité, l’objectivité et à la vérifiabilité.

D’abord le fait que ce soit le parti des togolais qui dit avoir fait son travail sans faire référence à un cabinet indépendant laisse planer quelques doutes sur ses résultats. Ensuite lors de la conférence de presse, Alberto Olympio donne quelques pourcentages sur la démographie togolaise sans aucune références exactes, tantôt la banque mondiale tantôt l’ONU sans nous donner la possibilité d’aller nous aussi vérifier les chiffres qu’il donne. Pour un docteur c’est faire preuve d’une légèreté impardonnable. Pour un informaticien « calibré » comme lui, lorsqu'on invite la presse, il faut avoir tous les éléments en main et étayer ses propos par des éléments accessibles à tous.

Et si on revient sur le fichier sur lequel il a travaillé, pourquoi Alberto Olympio n’a-t-il pas montré des exemples de doublons constatés (avec des numéros précis), et avec toute la pédagogie d’un docteur, expliquer ce qu'on appelle doublon : Est-ce des noms qui s'y retrouvent deux fois, ou des personnes détentrices de deux cartes d'électeurs ? Si c'est l'un comme l'autre, qu'il nous dise en quoi cela peut avantager l'un ou l'autre des candidats. Si un nom se retrouve deux fois sur la liste et que la personne n'a qu'une carte d'électeur, elle ne peut voter qu'une fois. Cette situation peut arriver techniquement. L'autre possibilité c'est une personne avec deux cartes d'électeurs : Elle peut également se produire, à condition que la personne ne soit pas dans un même bureau vote. Et pour que cette personne arrive à utiliser les deux cartes il faut que l'encre ne soit pas indélébile. A moins que la personne remette sa 2ème carte à une autre personne pour voter et même dans ce cas cela ne peut arriver puisqu’il y a dans les bureaux de vote des représentants des partis politiques qui, on pense, ont été suffisamment formés pour ne pas laisser quelqu’un voter avec une carte d’autrui.

Voyez-vous, la question du fichier électoral est une grande préoccupation dans plusieurs pays. Assainir un fichier électoral dans un pays comme le nôtre où les services d’état civil sont toujours à l’ère du papier relève du miracle.

Si ce monsieur qui affirme avoir des moyens colossaux alors qu’il est trainé en justice pour faux et abus de confiance, si Alberto Olympio avait vraiment les moyens et qu’il avait la ferme intention de penser d’une autre façon que les autres partis politiques au Togo, il devrait commencer par proposer à son pays ses services informatiques aux mairies et aux centres d’Etat civil pour tenir un fichier d’état civil national électronique à jour. Le véritable défi c’est l’état civil togolais. Pour voter, il faut avoir une nationalité et pour avoir la nationalité, il faut soit être né au Togo ou l’avoir par filiation. Ce qui ramène l’homme obligatoirement vers l’état civil qui ne gère pas que les naissances mais aussi les cas de décès et de mariage.

Avec une gestion d’un service d’état civil bien élaboré, on n’aura besoin que de quelques milliards au lieu d’allouer des sous importants (qui partent d’ailleurs dans la poche des étrangers).

Et ceci pourrait constituer l’une des véritables réformes que beaucoup de politiciens ignorent car avec un fichier d’état civil clair et net on peut faire beaucoup de choses.

On avait tort de les prendre très tôt au sérieux. On n’a cru que Docteur Alberto Olympio et le Parti des Togolais étaient arrivés au pays avec une nouvelle façon de faire de la politique mais on constate à notre corps défendant qu’ils glissent vers le populisme et la démagogie jusque-là attribués à certaines personnes qui se reconnaissent.

Commenter cet article