Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

Ferdinand AYITE allume des contre-feux pour se dérober à ses responsabilités sur le cas Jean Paul AGBOH

Publié le 1 Juillet 2013 par @Abdel-L'investigateur

Ferdinand AYITE allume des contre-feux pour se dérober à ses responsabilités sur le cas Jean Paul AGBOH

Il joue à la diversion ce monsieur. Alors qu'il est appelé avec son organisation (SOS Journalistes en Danger) à réagir sur l’agression verbale perpétrée par Jean Pierre Fabre sur un de ses confrères, il tente de s'y dérober en nous servant une de ces histoires sortie tout droit de son laboratoire d'imagination fertile. Ce n'est pas pour la première fois que ce garçon nous chante ce même refrain "je suis menacé, on m'a apporté une lettre dans laquelle figurait mon nom, on a tenu une réunion pour étudier mon cas..." . Mais ne vous laissez pas divertir. Il a commencé par allumer des contre feux depuis qu'on l'accuse de faire toujours preuve de clientélisme et de partialité avec son association dans l'affaire qui oppose Jean Pierre Fabre à Jean Paul AGBOH.

Pour les dirigeants du SOS Journalistes en Danger, tous les journalistes ne méritent pas qu'on se penche sur leur sort, même s'ils sont tués sur leur lieux de reportage. Après avoir dénoncé à demi-mot l'agression de Germain AYIVI , les journalistes regroupés au sein de cette formation dénommée SOS Journaliste en Danger, clament et haut et fort leur soutient à FABRE (retenez que ce dernier est du CST dont fait parti aussi l’association SOS journalistes en danger) en affirmant que la scène qui s'est déroulée à l'aéroport de Paris ne mérite pas qu'on y accorde aucune importance. Voilà donc des journalistes qui se disent défenseurs des libertés d'expressions qui pensent qu'il est tout a fait normal qu'un homme politique puisse faire des remontrances à un confrère en lui sommant de ne plus parler de lui (et de son parti) sur un média, allant jusqu'à le traiter de menteur.

Imaginez un seul instant ce que Ferdinand aurait fait si c’était lui qui était à la place de Jean Paul AGBOH. Bawara avait fait la même chose sur la personne d’Apollinaire Mawenemese et toute la corporation l’a dénoncé. Le Colonel Yark l’a fait et tout le monde l’a condamné.

Aujourd’hui lorsque Fabre s’illustre de la même façon , Ferdinand AYITE avec son association qu’on sait qu’ils sont souvent pressés pour lever le petit doigt sur ces cas, reste assez curieusement muets.

Est-ce que c’est parce que Ferdinand AYITE veut protéger Fabre qu’il ne se prononce pas sur ces affaires ? Pourquoi ils font comme s’ils n’étaient pas au courant de cette affaire ? Veulent-ils que Fabre porte la main sur Jean Paul AGBOH avant qu’ils ne le condamnent ? Le Collectif Sauvons le Togo dont fait parti SOS Journaliste en Danger leur a interdit de prendre position contre Jean Pierre Fabre ?

En tout cas les faits sont pourtant réels et Fabre n’a pas eu la peine pour reprendre l’histoire dans laquelle il est accusé de menacer un journaliste. Si vous ne comprenez pas cette langue (éwé) chercher quelqu’un pour vous la traduire et vous faites vous-même le jugement.https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ios2vitBk2U

Mais en gros retenez que Fabre dit que dès qu’il est rentré dans l’avion, il a vu « l’enfant là » parlant du journaliste, il s’est dirigé vers lui pour lui dire « deux mots » ; ainsi il a taxé le journaliste d’être un menteur, quelqu’un qui raconte des conneries à longueur de journée, ensuite il lui dit de ne plus parler de lui (Fabre) sur les médias.

Voilà en bref les propos de notre cher et très vénéré prétendant Président Jean Pierre Fabre.

Mettez vous à la place de ce journaliste et dites-moi ce que vous ressentirez lorsqu’un homme politique vous parle de cette façon.

Le droit de réponse ce n’est pas pour les animaux.

C’est bien ce type de comportement que cautionne SOS journaliste en danger

Ferdinand qui crie aujourd’hui que sa vie est menacé aurait-il apprécié qu’une autorité, qu’un leader politique s’adresse à lui en ces termes ? Augustin AMEGA se serait-il tu si le ministre YARK ou le Président de l’Assemblée Nationale lui sommait de ne plus parler de lui sur les antennes ?

Non, l’association SOS journaliste en Danger doit être honnête et impartiale. Il faut dénoncer les dérives peu importe d’où qu’elles viennent.

On sait que leur association est membre du parti CST mais de grâce, pour ce cas flagrant, Ferdinand AYITE pouvait réagir pour montrer aux gens et à ses détracteurs qu’il ne fait pas deux poids deux mesures avec son organisation.

Sa dernière sorite (Ferdinand AYITE) dans laquelle il prétend avoir des informations qui lui indiquent qu'il est menacé illustre ce que nous disons. Quand il s’agit de lui ou de ses amis griots du CST, ils sont prêt même à pondre des communiqués même si leur informations ne sont basées que sur des présupposées, des rumeurs. Ferdinand AYITE ne doit pas vous divertir, on lui demande de prendre position sur un cas de tentative de musellement de la presse, il ne l’a pas fait. Qu’il dise si ce que son confrère a subi n’est pas assez grave pour être condamner.

Commenter cet article

VALDO 03/07/2013 18:12

je trouve aussi ke ce n'est pas sérieux si il ne dit rien de potable sur cette affaire.

DAOUDA 02/07/2013 09:31

Ce monsieur a combien de dents en fait ? cette bouche là aussi peut embrasser ?