Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

Incendies des marchés de Kara et de Lomé : Jean-Pierre FABRE joue à la roulette russe

Publié le 28 Mars 2013 par @Abdel-L'investigateur

Incendies des marchés de Kara et de Lomé : Jean-Pierre FABRE joue à la roulette russe

Le Togo est un pays bizarre où il se passe, malheureusement et trop souvent, des choses étranges.

Depuis les incendies des grands marchés de Kara et de Lomé, beaucoup d’eau a coulé sous le pont.

L’enquête en cours a permis d’interpeller et d’écrouer de nombreux suspects. De même, certains présumés coupables ont été interpellés, mis en examen, placés sous contrôle judiciaire et laissés en liberté à cause de la présomption d’innocence.

Mais l’interpellation et l’inculpation de Jean-Pierre FABRE a sonné le glas à l’impunité insolente dont le président de l’ANC a toujours joui jusqu’à présent dans sa carrière politique mouvementée, désordonnée et faite de rebondissements fantasmagoriques.

Dans l’opinion, ses fans ont toujours cru que Jean Pierre Fabre est au-dessus de la loi et qu’il n’était pas possible de l’interpeller et de l’inculper. C’est toujours ainsi lorsque pour des raisons folkloriques, certains citoyens privilégient le mythe à la réalité tout simplement parce qu’ils prennent leur rêve pour réalité.

Et ce n’est pas fini. Après son inculpation, Jean-Pierre FABRE aurait fait parvenir à la rédaction de certains journaux réputés proches de son parti, une supposée lettre qui lui aurait été adressée directement par le Sieur Toussaint TOMETY arrêté depuis le 18 janvier 2013 et actuellement placé sous mandat de dépôt mais gardé à la Gendarmerie Nationale. Il convient ici de noter que si l’intéressé avait été transféré à la prison civile de Lomé, on aurait cru qu’il ait pu disposer de facilités pour écrire et envoyer sa lettre à Jean-Pierre FABRE qu’il aurait préalablement dénoncé. Or, il se trouve qu’il est toujours gardé à la Gendarmerie. Avouons qu’il faut être téméraire sinon insensé pour écrire contres ses geôliers au moment où l’on est encore entre leurs mains. Toux ceux qui ont été gardées à la Gendarmerie savent qu’écrire une lettre à la Gendarmerie n’est pas une sinécure. En l’espèce, si ce qui est dit est vrai, il s’agirait d’un véritable tour de force. Dans ce cas nous tirons chapeau à ce gibier de potence.

Au-delà de ces considérations d’ordre général, ce qui a le plus retenu notre attention, c’est que, Jean-Pierre FABRE que la lettre publiée disculpe, n’a pas jugé nécessaire, en l’état actuel de l’enquête, de la verser au dossier comme pièce maîtresse pour sa défense.

Et les journalistes qui on eu ce document sous la main n’ont pas hésité à en publier une interprétation fantaisiste alors qu’une information judiciaire est ouverte contre son auteur supposé. L’inculpation de notre confrère Zeus AZIADOUVO nous a perturbé par ce que l’authenticité de cette lettre peut être sujette à caution. Ce qu’il avait affirmé n’engage que lui. C’est là où le bât blesse. Et tous les journalistes qui gèrent le dossier des incendies doivent savoir que lorsqu’une affaire est en instruction, il faut prendre les précautions d’usage nécessaires en la circonstance d’autant plus que le risque de la violation du secret d’instruction est réel et grand.

Nous savons tous que Jean-Pierre FABRE est coutumier des situations abracadabrantes qui lui permettent de s’illustrer sur le plan politique comme une victime et se mettre en vedette. Jean-Pierre Fabre aime faire monter les enchères à cause de son égo démesurer.

En ce qui nous concerne, nous pensons que cette affaire de lettre ne prouve strictement rien et que c’est un épisode de plus.

Nous attendons la suite de l’enquête pour nous prononcer. Car ce n’est pas la presse qui a pour rôle de blanchir les présumés coupables. Tout ce qui se dit et se propage dans les journaux répondent à des préoccupations hautement politiciennes alors que nous sommes dans un dossier éminemment criminel. Nous osons croire que les éléments concordants qui ont permis l’arrestation et l’inculpation de Jean-Pierre FABRE et tant d’autres n’émanent pas de Toussaint TOMETY seul. De même, le doyen des Juges d’instruction ne peut pas se fier aveuglement aux auxiliaires de Justice que sont le Capitaine AKAKPO et ses collaborateurs.

Nous avons lu la lettre en question et nous avons relevé certaines incohérences frappantes mais une fois encore, nous nous refusons de commenter un document qui à notre point de vue, peut être un couteau à double tranchant. En faisant publier cette lettre, Jean-Pierre FABRE a fait la démonstration de ses propres carences. Ce qui fait dire qu’il joue à la roulette russe. Les conséquences peuvent s’avérer suicidaire pour lui. Dans une affaire criminelle, il ne faut pas se faire des illusions. Il suffira d’un moindre détail pour faire tout basculer.

Si les juges instruisent à charge et à décharge, nous ne perdons rien à attendre le jugement qui peut encore apporter des éclaircissements nécessaires et des surprises de taille. Que n’avons-nous pas entendu dans le dossier KPATCHA ? Et c’est seulement au jugement que tout le monde a compris ce qui s’était réellement passé. Le mea-culpa de KPATCHA en est une illustration.

Si Toussaint TOMETTY revient sur ses déclarations antérieures, d’autres retournements de situation sont possibles. Car un menteur n’est jamais cru même lorsqu’il dit la vérité. Son revirement à 180 degrés qui a provoqué tant de remous médiatiques, n’est que le reflet de la personne inculpée. Lorsqu’on mange du haricot avec les enfants, il faut s’attendre à voir le dos de sa main sali d’après un proverbe de chez nous.

Cette affaire de lettre adressée à FABRE est pour nous, un épiphénomène et un jeu de poker menteur destiné à amuser la galerie en attendant mieux. Ce n’est pas une affaire du siècle. C’est une tempête dans un verre d’eau. La suite nous édifiera.

Rodrigue Combat du Peuple N°747 du 25 mars.

Commenter cet article