Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

La presse togolaise se ridiculise : Le rôle d’un Ambassadeur n’est pas de s’occuper des élections.

Publié le 7 Octobre 2013 par @Abdel-L'investigateur in Politique, SOCIETE

La presse togolaise se ridiculise

Le rôle d’un Ambassadeur n’est pas de s’occuper des élections.

Depuis de nombreuses années, certains politiciens, avec l’accompagnement aveugle d’une presse militante aux ordres, s’imaginent naïvement que la solution à nos difficultés politiques viendra de l’extérieur. Ainsi chaque prise de position d’un Ambassadeur accrédité au Togo est interprétée comme une parole d’Evangile à laquelle les dirigeants de notre pays sont obligés de se conformer. En revanche, si les critiques sont dirigées contre ces hommes, rien n’est épargné au diplomate qui a osé. Il est traité de tous les noms d’oiseaux et fustigés sous tous les angles. Son outrecuidance est dénoncée et il est trainé dans la boue. A vrai dire, un diplomate dans un pays peut faire des observations sur des sujets politiques  d’intérêt général si les besoins se font sentir et surtout si ces observations sont en adéquation avec l’orientation politique de son propre pays. Par exemple, on ne verra jamais un ambassadeur de Chine parler de démocratie dans un pays où il est accrédité parce que la philosophie chinoise ne l’autorise pas à le faire. Les Américains qui sont les maîtres du monde, se croient tout permis. Ils ont la puissance militaire, économique et financière pour se permettre toutes sortes d’ingérences. Ils s’immiscent dans la vie de leurs propres alliés européens. Ils espionnent leurs voisins américains et en font de même avec les européens. Un cas qu’il faut retenir, les usa ne sont pas signataires du traité qui a institué la CPI. Mais ils en sont paradoxalement les garants. Dès lors que leurs intérêts sont en jeu, ils haussent le ton. L’union Européenne se bat partout sur la terre pour la démocratie. C’est connu. Même les pays membres de cette organisation sont parfois mis au pas lorsqu’ils violent les droits de l’homme. Il n’y a rien d’extraordinaire si leurs représentants prennent parfois des postures critiques vis-à-vis d’un dirigeant africain. L’Union Européenne a tendance à subordonner ses aides financières à certaines conditions drastiques surtout en ce qui concerne l’organisation des élections dans un pays donnée. C’est pourquoi, au nom de la souveraineté nationale, le Togo a courageusement pris ses responsabilités en décidant d’organiser sur fonds propres l’élection  législative du 25 juillet. Ce faisant, notre pays a apporté la preuve irréfutable de sa bonne volonté à se conformer, en matière électorale, aux normes internationales puisque les résultats finaux ont reçu l’onction de la communauté internationale. Souvent certains journaux en mission commandée reviennent de façon vicieuse et récurrente sur un rapport des experts indépendant de l’Union Européenne qui aurai condamné et dénoncé la mauvaise organisation du scrutin. En réalité il s’agit de deux experts qui ont écrit ce rapport qui n’est fondé sur aucun fait concret et sérieux.

Les cas signalés à Lomé n’ont rien de frauduleux, les deux experts ont fait de l’amalgame. C’est regrettable et il faut déplorer ces genres de situations. Quand on s’accroche à un tel rapport comme une bouée de sauvetage, c’est qu’on est un mauvais perdant. Lorsqu’un diplomate en partance recommande l’organisation des élections locales,, cela n’a rien de rédhibitoire. Si ces élections locales sont organisée au Togo et les élus locaux sont installés, tout le bénéfice reviendra au gouvernement parce que notre pays bénéficiera de nombreux financement en matière de coopération décentralisé et nos villes ou communes en profiteront. C’est dire que le  gouvernement n’a aucune raison d’être réticent puisqu’il n’a pas le choix de faire autrement. Mais il faut aussi tenir compte du contexte togolais et se  donner les moyens appropriés pour éviter les troubles post électoraux nés des contestations imaginaires et fantaisistes. L’organisation des élections ne fait pas partie de la mission d’un Ambassadeur. Son rôle est ailleurs. Ce que les Ambassadeurs demandent c’est la bonne organisation du scrutin pour que le résultat soit le reflet de la volonté populaire. C’est justement le cas du Togo. Un ambassadeur peut accompagner un gouvernement pour diverses raisons. Mais c’est le pays d’accueil qui décide en dernier ressort de ce qu’il faut faire ou ne pas faire. En organisant, le 25 juillet dernier, une élection libre et transparente, le Président Faure Gnassingbé a fait d’une pierre deux coups : prouver à ceux qui en doute encore que l’élection est une question de souveraineté nationale donc de dignité des Togolais. En même temps, il a infligé un camouflet cinglant et retentissant à ses détracteurs. Les ambassadeurs, en honnêtes représentants de leur pays, ont pris acte de cet heureux évènement. Ils n’ont d’autre choix que de reconnaitre une victoire méritée et sans ambages. La presse doit cesser de se ridiculiser en écrivant des choses qui montrent la limite intellectuelle de ses journalistes. Ce qu’un journaliste écrit doit contribuer à sa propre crédibilité.

RODRIGUE

C. P. N°766 du  07 octobre2013

Commenter cet article