Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

La Synergie des Travailleurs du Togo de David DOSSEH au secours d'une formation politique en déperdition

Publié le 16 Avril 2013 par @Abdel-L'investigateur

Manipulation et récupération des mouvements sociaux

Manipulation et récupération des mouvements sociaux

Depuis son lancement il y a environ un an, le Collectif Sauvons le Togo né sur les cendres du FRAC nous a habitués à un langage particulièrement odieux teinté de haine et de violence. Discours « incendiaires » lors des marches, attaques en règles contre des personnalités politiques et des journalistes, appel à la vindicte populaire contre les adversaires politiques.

A chaque fois qu’ils avaient l’occasion de s’exprimer, les leaders de ce collectif sensé « refaire le Togo » nous ont toujours servi des propos politiquement et socialement séditieux. Et c’est avec la bénédiction divine que jusqu’à lors le pays n’a pas sombré dans le chaos malgré tout ce qu’ils ont mis en place pour y arriver. Ne revenons pas ici sur les propos de Zeus AJAVON appelant à la désobéissance civile, ne parlons pas des discours de Fabre à la plage lorsqu’il promettait rendre le pays totalement ingérable.
La stratégie de la terre brûlée était bien celle qu’entendait pratiquer le Collectif Sauvons le Togo où on s’activait à préparer le terreau à une sorte d’insurrection généralisée dans le pays. Il y a encore un mois de cela, Jean Pierre Fabre promettait arriver à bout du régime par la révolution.

C’est dire donc que ce qui se passe actuellement n’est pas à proprement parler une surprise. On le savait déjà, il y avait des signes visibles d’une volonté manifeste de l’autre côté de semer le « chaos » dans le pays. Les mots ne sont pas de nous. Dans leur lettre à François Hollande en mai 2012, le Collectif sauvons le Togo annonçait « le chaos et l’embrasement généralisé » du pays si l’ancienne puissance coloniale et le premier partenaire commercial du pays ne réagissait pas.

Et enfin le chaos est arrivé avec les incendies et se poursuit ce lundi 15 avril à Dapaong. Le CST vient d’atteindre son objectif tant recherché par l’intermédiaire de son acolyte, le professeur David DOSSEH du SYNPHOT. Ce n’est pas l’un des nombreux morts issus de ces ratés sur la table d’opération mais plutôt le pauvre enfant instrumentalisé pour combler le vide politique dû à l’épuisement des méthodes qu’ils ont jusque là utilisées.

Pour relancer la machine et revigorer les militants presque désabusée, l’ANC (parti pivot du CST) s’est objectivement alliée à la Synergie des travailleurs du Togo (STT), un groupement de syndicats de base, à l’origine de grèves à répétition ces dernières semaines. Ce lundi 15 avril 2013 nous avons eu la confirmation de nos investigations sur les relations assez suspectes entre le CST et certains leaders syndicaux. Tenez vous bien Eric Dupuy, l’un des responsables du CST a déclaré ce même lundi sur un média de la place : « Nous soutenons parfaitement les travailleurs togolais dans ce qu’ils ont entamé depuis quelques temps et nous soutenons également les élèves. Nous sommes en période d’examen et les élèves sont soucieux de passer tranquillement les examens et ils comprennent les soucis de leurs professeurs ».Au-delà de ces propos, plusieurs délégués de l’ANC (Claude AMEGANVI, Robert OLYMPIO, DOSSEH) ont honoré de leur présence, l’AG de la STT ce lundi. Ils ont beaucoup apprécié le langage du Docteur WAlla, le dauphin du professeur DOSSEH.

Nous le soutenions depuis des semaines, il y a une très forte propension au sein du Syndicat STT à emprunter les méthodes du CST dans leur action.

Après l’adoption du nouveau statut de la fonction publique, en début d’année, le gouvernement a entamé des discussions avec les syndicats de fonctionnaires pour évoquer le contenu des décrets d’application relatifs à la hausse des salaires, aux conditions de départ en retraite ou au paiement des primes. L’ensemble du monde syndical a répondu à l’invitation. A l’exception de la STT qui, dans une course effrénée au leadership, exige des autorités un tête à tête sur sa propre plateforme revendicative et sans la présence des autres syndicats. Ces comportements et ces exigences ne sont pas loin de celle de l’ANC-CST qui n’entend point s’asseoir sur une table de négociation avec les autres partis politique. Ainsi va le Togo.

 

Commenter cet article

Toscanio 17/04/2013 18:49

La lutte continue, vous n'avez rien vu encore...