Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

Les activistes de l'ANC en action : Après Gilchrist Olympio c'est le tour de Dodzi APEVON d'être agressé

Publié le 23 Février 2015 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Les activistes de l'ANC en action : Après Gilchrist Olympio c'est le tour de Dodzi APEVON d'être agressé

La crise entre le Comité d’action pour le renouveau (CAR, opposition) présidé par Me Dodzi Apévon et l'Alliance nationale pour le changement (ANC, opposition) dirigée par Jean-Pierre Fabre est arrivée à son paroxysme. Par un communiqué en date de ce 22 février, le CAR a fait part d’une agression dont a été victime ce samedi à sa sortie de la pharmacie « La providence » à Nukafu à Lomé, son président national, Me Paul Dodzi Apévon.

Dans ce document signé par le secrétaire national de cette formation politique, Jean Kissi, le CAR a condamné le parti qui, selon lui, "monte des groupes d’activistes à des fins d’actes de violence pour terroriser ceux qui ne pensent pas comme eux".

Selon le communiqué, à sa sortie de la pharmacie, un groupe de jeunes a rué vers son véhicule et l’a assailli de diverses questions comme « pourquoi le CAR a-t-il refusé de se joindre aux partis qui ont choisi le candidat Fabre ? », « pourquoi dans un communiqué, le CAR accuse la communauté internationale qui apporte son soutien au président de l’ANC ? ».

Toutes les tentatives du président du CAR de faire comprendre à ces personnes qu’elles ont une lecture « inexacte » de la position de son parti et que l’endroit est mal choisi pour se prêter à un tel débat, ont été vaines, indique le document. « Au moment où le président Apévon allait rentrer dans son véhicule, les jeunes sont devenus de plus en plus agressifs en proférant des menaces,

Découvrir la suire sur  http://www.afreepress.info/index.php/component/k2/item/1373-me-dodzi-ap%C3%A9von-agress%C3%A9-par-des-jeunes-de-l%E2%80%99anc

Lire la suite

CES REFORMES DONT JEAN-PIERRE FABRE NE VEUT PAS !

Publié le 14 Janvier 2015 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

C’est avec une certaine incrédulité que les Togolais assistent de plus en à la position déroutante de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) et de son président Jean-Pierre FABRE sur la question des réformes constitutionnelles et institutionnelles. En effet, l’intransigeance des ex amis de Gilchrist

OLYMPIO qui s’opposent à tout amendement à leur proposition de loi et refusent de fait, le consensus pourtant prôné par l’Accord Politique Global (APG) dont ils se pré- valent, équivaut en réalité à valider le statu quo favorable au pouvoir en place. Puisque, en l’état, il n’y a aucune chance que le texte soit adopté par la majorité parlementaire. Cependant à l’analyse, on se rend compte que l’immobilisme profite également à l’ANC

L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) est née dans une situation de tension extrême et de conflit fratricide comme aiment à le rappeler certains de ses cadres.

Cette réalité est inscrite dans son « empreinte génétique » et détermine ses positions. De fait, à l’instar de l’UFC (Union des Forces de Change- ment) dont ils copient jusqu’à la caricature les postures et adoptent les stratégies même les plus inopérantes, le parti de Jean-Pierre FABRE prospère sur un terreau « crisogène » à défaut de proposer un projet. Les tensions politiques sont son moteur et les débats politiciens interminables son fonds de commerce, qu’il exploite à l’envi pour masquer les questions de fond. Ainsi, à quelques mois de l’élection présidentielle, la réalisation des réformes telles que débattues par la classe politique et envisagées par ses pairs de l’opposition, affaiblirait la formation orange en le privant de son fonds de commerce et en met- tant à nu son déficit pro- grammatique.

hebergement images

En outre, l’adoption d’un mode de scrutin à deux tours rendrait caduque l’idée d’une candidature unique, même si celle-ci est déjà mise en échec. La multiplication des postulants serait une mauvaise nouvelle pour monsieur FABRE dans sa posture de chef de file autour du- quel devraient se réunir les autres formations et dans sa tendance hégémonique. D’autant plus qu’il doute de sa propre capacité à faire reporter pleinement les voix des autres candidats de l’op- position en cas de deuxième tour ; pour avoir traité avec beaucoup de condescendance voire de mépris, plusieurs d’entre eux.

Ensuite, l’ANC ne peut oublier que c’est avec plus de 63% de voix que Faure GNASSINGBE a gagné l’élection présidentielle de 2010. De fait, même en cas d’une élection à deux tours, il serait passé dès le premier avec un tel score.

Au vu de la configuration et de la sociologie politique actuelle, des résultats des dernières élections législatives, de la faible mobilisation de plus en plus avérée lors des manifestations de son parti, et de son absence quasi rédhibitoire du terrain, l’ex lieutenant de Gilchrist OLYMPIO est convaincu que ses chances de gagner sont faibles. Il se prépare donc déjà à une contestation qui est la position qui lui sied le mieux, lui garantit une assise politique et une visibilité médiatique. Pour ce faire, une élection à un tour est la mieux indiquée car la probable multitude de candidats grignotant son score potentiel, est un argument susceptible de lui être opposé en cas de contestation.

L’autre argument est celui-là financier. En gardant sa position de challenger principal dans une élection à un tour, il pourra accuser les autres de ne pas avoir fait l’union sacrée autour de celui le mieux placé. Mais surtout, il restera le principal destinataire des mobilisations de fonds venus essentiellement de femmes des marchés et de la diaspora, dans une totale opacité, sans aucune comptabilité.

Enfin, l’ANC qui campe depuis toujours une formation radicale et populiste, à la lisière régulièrement de la démagogie, est convaincue que seule cette ligne est électoralement payante dans sa compétition de leadership avec les autres formations de l’opposition. Accepter officiellement le compromis politique d’une disposition transitoire qui ne viendrait en réalité que rappeler les principes généraux de droit notamment le non rétroactivité de la loi pour aboutir à un consensus, seul gage de la réussite de la réforme, pourrait être interprété par son électorat comme une preuve de faiblesse, voire de trahison. Puisque Jean- Pierre FABRE a eu l’imprudence de promettre à ses partisans que le président sortant ne se représenterait pas et que lui et ses amis, l’en empêcheraient le cas échéant. Promesse qu’il ne pour- ra évidemment pas tenir mais dont il ne souhaite qu’on le lui rappelât, à quelques semaines de la présidentielle.

Sauf que beaucoup d’observateurs ont lu dans le jeu trouble de l’ANC et l’ont systématiquement sommée de s’expliquer, certains comme le secrétaire général du CAR (Comité d’Action pour le Renouveau) Jean KIS- SI ou encore le confrère Fulbert ATISSO n’hésitant pas à désigner ce parti comme constituant celui bloquant les ré- formes. Faisant référence par exemple au docu- ment que l’ANC a fait signer aux autres partis de l’opposition pour que ceux-ci ne proposent et/ ou ne s’associent à aucun amendement de la loi déposée sur le bureau de l’Assemblée nationale ; ce qui bien évidemment est aux antipodes des pratiques parlementaires et ne répond à aucun usage démocratique.

Ou encore aux prises de positions médiatiques de plusieurs des cadres du parti, dénonçant les propositions du Groupe dit de Médiation, qui offrait d’insérer dans la loi constitutionnelle une disposition transitoire qui permet de régler le problème de rétroactivité ou non de la loi. Celle –ci préciserait que le principe de la limitation s’appliquera à compter du mandat qui court de 2010 à 2015. Il n’en fallait pas plus pour que le président d’ADDI, le Pr Aimé GOGUE qui avait déjà émis des doutes sur la volonté de ses amis de toujours à accompagner les réformes, de s’interroger sur leur attitude en la dénonçant.

L’expression la plus marquante de la volonté de l’ANC de retarder les réformes fut le coup du refus que la Commission des Lois connaisse de ces questions. En effet, les discussions devant la dite commission ont commencé le matin du mercredi

24 conformément au règlement intérieur de l’assemblée et après que certains de ses membres issus de l’ANC aient fait repousser dans un premier temps sa tenue, pour cause de voyage à l’étranger. Curieux comporte- ment pour des personnes pro- clamant la nécessité absolue de réformes dans les meilleurs délais.

Dès l’ouverture des débats, maîtres Georges Latévi Lawson et Adama Doe-Bruce vont jouer au dilatoire, soulevant une motion de procédure en invoquant l’incompétence de cette commission à débattre des lois constitutionnelles. Argument motivé selon eux par le règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Ils soutiennent qu’une loi constitutionnelle ne peut pas être discutée en commission parce que la loi ne le dit pas expressément alors que la loi le fait dans le cas des autres textes. Ils proposent donc que le texte soit envoyé directement en plénière. La Cour Constitutionnelle saisie sans délai, les renverra à leurs chères études en leur donnant tort. Mais cela aurait fait perdre quelques jours au débat.

 

N°125 | du 14 au 28 Janv 2015
Lire la suite

Camouflet pour les ODDH et l'ANC

Publié le 14 Janvier 2015 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Camouflet pour les ODDH et l'ANC

On pouvait tout attendre de cette marche du 13 janvier 2015, organisée par les ODDH, les organisations de la société civile et appuyée par l’Alliance Nationale pour le Changement de Jean-Pierre Fabre, sauf, ce qu’on n’a vu hier. Tant la mobilisation était tellement faible, que les organisateurs ont dû changer de point de chute pour camoufler leur revers.

Au lieu de l’Immeuble FIATA, la marche d’hier qui a mobilisé peu de monde a plus tôt chuté au marché de Bè.

Un véritable camouflet pour Zeus Ajavon, Gil-Bénoit Afangbédji, Jean- Pierre Fabre et les autres, qui s’attendaient à une véritable démonstration de force avec dans les rues de Lomé des centaines de milliers de personnes mobilisées. Mais hélas, ils n’ont eu que leurs yeux pour constater leur échec. Et il ne pouvait en être autrement, lorsque le zèle et le mensonge s’emparent des responsables politiques, lorsque des responsables politiques et ceux qui se réclament de la société civile vont de l’exclusion leur leitmotiv.

On peut tromper le peuple une fois, mais pas le tromper indéfiniment.

Ils sont nombreux ces responsables politiques, médias et d’autres de la société civile qui, depuis longtemps ont attiré l’attention de Fabre et ses acolytes sur la banalisation qu’ils en font avec les marches, mais ils ont été incompris et traité de tous les noms d’oiseaux.

Aujourd’hui les faits sont là et leur donnent raison. Avec ce revers, l’on espère que les organisateurs vont tirer la leçon et changer de stratégie. Car, les togolais veulent autre chose que les marches qui en réalité ne sont qu’une perte de temps et qu’un moyen pour une minorité (opposants et société civile) de se faire des sous. L’échec de la marche d’hier traduit bien ce réveil des togolais qui ne sont plus prêts à se laisser faire.

Le Messager du 14/01/2015

 

Lire la suite

Discussions autour des réformes : L'extrémisme d'une rare férocité de l'ANC, bloque les travaux

Publié le 9 Janvier 2015 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Discussions autour des réformes : L'extrémisme d'une rare férocité de l'ANC, bloque les travaux

Après tant de tergiversations, la commission des lois constitutionnelles et de la législation de l’administration générale a enfin démarré ses travaux sur la proposition de lois de l’opposition portant réformes constitutionnelles et institutionnelles.

Malheureusement les échos qui nous parviennent de l’Assemblée Nationale ne sont pas très bons.

En effet, les travaux sont une fois de plus quasiment bloqués à cause de l’extrémisme et de l’intransigeance de l’ANC de l’ANC de Jean Pierre Fabre, qui veut tout à lui seul. Tout le débat est bloqué sur l’article 59 dont le libellé divise.

Pour l’ANC il faut revenir au libellé de la constitution de 1992 qui dit : " le Président de la République est élu au suffrage universel direct et secret pour un mandat de cinq (05) ans renouvelable une seule fois. En aucun cas nul ne peut exercer plus de deux (02)     mandat … "

Or en voulant insérer l’alinéa 2 "en aucun cas nul ne peut exercer plus de deux (02) mandats", UNIR pense que l’ANC vise le Chef de l’Etat actuel, le président Faure Gnassingbé et par la même occasion Président du Parti majoritaire. Ce que n’accepte pas les députés UNIR, la majorité car pour eux, la loi doit être impersonnelle. On comprend aisément que l’ANC n’a pas tiré leçons du rejet par la majorité des députés le 30 juin 2014 du projet de loi envoyé par le gouvernement. Puisqu’en réalité le point qui fâchait et qui avait obligé la majorité à rejeter en bloc le texte proposé par le gouvernement était justement cette portion de phrase qui mettrait hors course tout candidat ayant déjà brigué deux mandats antérieurement.

A toute la classe politique à l’exception de l’ANC bien sûr les leaders d’opinion, la société civile dans son ensemble, le clergé et autres proposent depuis lors, le verre à moitié plein pour tous. Autrement dit, les partis politiques pas des moindres, comme le CAR, ADDI, OBUTS rejoints par le groupe de médiation du Professeur Magloire Kouakouvi et de Jean DEGLI ont compris qu’il faut accepter de perdre pour faire avancer les choses. Raison pour laquelle ces entités sont allées jusqu’à proposer que l’on accepte une nouvelle candidature de Faure Gnassingbé en 2015. Mais l’ANC, minoritaire à l’Assemblée veut, avec seulement 17 députés sur 91, élus imposer ses désidératas à la majorité, ce qui naturellement ne peut avoir de chance d’aboutir. Personne ne peut comprendre, ni expliquer cette absurdité typiquement togolaise qui voudrais que ce soit la minorité qui impose sa loi à la majorité. Mais l’ANC doit garder à l’esprit qu’à force de tirer sur la branche elle finit par se casser et aussi qu’à vouloir tout, on risque de tout perdre. Pendant que tout le monde parle de consensus, l’ANC fait bande à part avec un rare extrémisme, une inouïe naïveté et un insensé amateurisme alors que sur le terrain le rapport de force est en sa défaveur. Les togolais qui ne demandent qu’à vivre en paix tiendront pour responsable, Jean Pierre Fabre et son parti si d’aventure les réformes ne venaient pas à être faire et si jamais le pays sombre dans la violence lors de la présidentielle de 2015.

Kpelafia Bivaa

Eveil de la Nation du 09/01/2015

Lire la suite

UNE OPPOSITION TOGOLAISE EN PLEIN NAUFRAGE ?

Publié le 7 Janvier 2015 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

UNE OPPOSITION TOGOLAISE EN PLEIN NAUFRAGE ?

Oui, en effet, on observe aujourd'hui que l'opposition la plus radicale et la plus extrémiste est en train de sombrer, minée de l'intérieure par ses propres défauts et ses égocentrismes.

Bien heureusement, les Togolais de l'intérieur comme de l'extérieur ont fini par comprendre, que si le Togo, n'est certes pas encore le paradis sur terre, c'est un pays en plein progrès, qui s'améliore dans de multiples points, et qu'ainsi à défaut de toujours soutenir son gouvernement actuel, il fallait prendre en compte les efforts et les progrès visibles pour pouvoir désormais juger de l'avenir du pays avec objectivité.

Beaucoup de grands travaux ont étés réalisés, la capitale comme les autres villes du Nord au Sud, se sont transformées ces dernières années, personne ne le conteste plus localement, il n'y a guère que certains internautes qui s'efforcent de faire encore croire a des chimères en répandant largement des photos montages abusifs...Et encore, ils se font même rares, et ne sont plus crédibles.

Faure Gnassingbé à été un bon président, il se démarque ainsi de beaucoup de politiciens, en posant des actes et des faits, là ou d'autres posent au mieux des projets, et au pire des appels au désordre sans projets alternatifs.

Les progrès économiques sont palpables, beaucoup d'entreprises se créent et se développent, de nouveaux hôtels sont en construction

Pour ce qui est de sa candidature, pourquoi faudrait-il l'interdire ? Puisque d'une part l'opposition n'est ni fédérée, ni porteuse de projet d'avenir, et que d'autre part la constitution l'y autorise, quelle est cette démocratie qui tendrait a favoriser le pire au détriment du mieux sur un seul principe de droit d'alternance ? .

Le peuple togolais ne s'y trompe pas, ce que les gens attendent localement c'est des actes et des améliorations dans beaucoup de domaines, et même si pour certains incrédules, ces actes paraissent ne pas exister, localement tout le monde les remarquent. Ainsi la "diaspora" revient massivement au pays, encouragés par ceux qui reviennent de congés et par les familles qui délivrent des commentaires plus objectifs et réalistes.

Alors bien sûr il y a les "comparatistes" et les "propagandistes" ceux qui comparent le Togo au Luxembourg, aux Usa, ou à la France, non sans être aussi paradoxalement "anti-impérialistes" et qui se mélangent les pinceaux entre appel a la guerre civile et démocratie...Ceux là se moquent de leurs frères togolais, disant qu'il se moquent de leur passeport, ils méprisent aussi tout ceux qui défendent une autre opinion notamment la paix, et traitent "anonymement" de traitres tous ceux qui pensent différemment, ils se disent pourtant "démocrates", sans savoir réellement ce que ce mot veut dire...

Je ne suis pourtant pas de ceux qui se réjouissent de la situation désespérée de l'opposition, car tout pouvoir nécessite une opposition raisonnée, une opposition constructive, porteuse de projets et d'idée, pour rester équilibrée. Aussi les opposants qui se désolidarise de leurs leaders, marquent une prise de conscience de la population et de la diaspora, qui se sentent manipulés au profit d'égos et de méthodes peu crédibles, et qui désormais attendent autre chose, de plus probant, de plus respectueux, de plus réaliste.

De toute évidence, les idées opposantes existent encore, c'est bien normal, et si les clivages extrémistes et haineux s'effacent de plus en plus et que l'objectivité gagne du terrain, cela n'empêche pas la différence d'opinion , il reste toutefois à espérer que désormais les débats et les partis prendront plus de hauteur et de responsabilité, et qu'a l'avenir nous puissions tous parler de positions certes différentes mais dans un respect mutuel, sans propagande, sans haine, sans insultes.

C'est par le dialogue, et par l'écoute que les hommes ont toujours progressé.

Le Togo avance, plus vite que beaucoup d'autres pays dans le monde, mais à son niveau, et à la hauteur de ses moyens actuels, et ça c'est une bonne nouvelle, et lorsque les uns et les autres iront voter demain, prions tous pour que leurs votes aillent vers le meilleur garant d'un avenir économique et social positif, un climat apaisé, une réconciliation nationale, propices a un essor économique qui ne peut pas être soudain mais progressif.

Il n'y a aucune recette miracle permettant de doubler les salaires, sans doubler les recettes, il n'y a pas de trésor cachés, pas de capacités d'emprunts sans obligation de remboursement, pas de progrès sans phase de transition, rien n'est jamais soudain, mondialement et historiquement, les vrais progrès durables, s'effectuent pas à pas.

Moi j'ai choisi mon camp, je le défendrais encore en 2015, mais je souhaiterais que désormais, plus d'opinions se révèlent, même si elles sont contradictoires, et que nous puissions désormais tous nous exprimer sur des projets de sociétés, sur des faits objectifs, sans comparer l'incomparable, sans stigmatiser les uns ou les autres, car en démocratie, il est permis de penser différemment, il est permis de l'exprimer, mais toujours en assumant sa propre responsabilité de parole, en s'appuyant sur des propositions réalistes et objectives.

La politique ne soigne pas tous les maux d'une société, elle fixe un cadre, un objectif et des règles, qui sont cohérentes avec des objectifs a moyen et long terme, mais il ne peut y avoir de résultat rapide sans la participation effective de la plus grande majorité du peuple, sans une évolution des pensées, sans une reconnaissance des réalités.

La politique réaliste, c'est de dire, on a tels moyens actuellement, et avec ces moyens, selon le budget voté, on peut faire et financer tel projet, si on veut faire plus, il faut d'autres moyens, et donc trouver d'autres sources de financements...La politique politicienne, c'est de tout contester sans rien proposer de mieux, de vouloir tout saboter pour empêcher les autres d'avoir des résultats et pour gagner le pouvoir a tout prix...

Aujourd'hui le Togo, qui renaît a besoin de "réalpolitik" , de politique réaliste et objective, car beaucoup d'efforts sont encore a faire, dans le chemin actuellement tracé.

Un pays est a l'égal des citoyens qui le peuple, toujours imparfait, et c'est du respect et de l'entente de ces citoyens, que tout progrès se construit...

Nul n'ignore mon positionnement, mais aujourd'hui, je salue les opposants qui appellent globalement à une rénovation de l'opposition, à de nouvelles méthodes, et à moins d'égocentrisme, et sans cynisme, même si demain je m'opposerais peut être encore à eux, je leur souhaite du courage, des projets et bonne chance.

Avoir des opinions différentes, ne dois pas signifier qu'on doive se haïr, se menacer et s'insulter, j'ai pour ma part des amis qui ont des idées différentes et cela m'a souvent enrichi.

Une petite phrase de Saint Exupery, gravé en lettre d'or, sur le parvis de ma maison familiale : Si tu diffères de moi mon frère, loin de me léser, tu m'enrichis...

A méditer en 2015...

Auteur : Philippe Girard-reydet

Lire la suite

Eric DUPUY, Brigitte ADJAMAGBO et Gerry Tamaa au front pour détourner la proposition du CAR et de l'ADDI

Publié le 13 Novembre 2014 par @Abdel-L'investigateur dans Politique, CAP 2015, CST TOGO

Eric DUPUY, Brigitte ADJAMAGBO et Gerry Tamaa au front pour détourner la proposition du CAR et de l'ADDI

Le faux fuyant de l’ANC/CAP 2015. Eric DUPUY, Brigitte ADJAMAGBO et Gerry Tamaa sont envoyés au front avec comme objectif : détourner la proposition de réformes introduite par le CAR et l’ADDI. étouffer

Chers amis, chers concitoyens, permettez-moi avant tout propos, de partager avec vous en cette matinée cette citation de William Shakespeare qui nous dit que "Pour la tâche que nous aimons, nous nous levons de bonne heure, et nous y mettons avec joie."

En fait ce n’est pas nouveau ce qu’il nous dit là. Quand on aime une chose, quand on s’engage pour une cause, rien de plus normal de se mettre véritablement à fond pour réussir et on le fait avec beaucoup de plaisir.

Malheureusement en politique, il y en a qui sont des aventuriers. Ils y sont parce que c’est leur seule alternative. Pour ceux-là le conseil de Shakespeare ne sert à rien. Dans notre pays ils sont nombreux ces messieurs qui ne se lèvent pas tôt. Ils attendent toujours le dernier moment pour faire ce qu’ils auraient pu faire il y a des années (envie de dire années lumières).

En effet depuis quelques jours l’actualité nationale est dominée par cette affaire de proposition de loi en vue d’obtenir les réformes. Le CAR et l’ADDI en avait fait leur principale revendication avant toute démarche en vue des élections à venir. Après avoir constaté le refus de l’ANC d’aller dans la même logique, ces deux partis ont quitté les travaux en conclave. Ils ont conformément à leur démarche rédigé une proposition de loi pour soumettre à l’Assemblée Nationale.

Au même moment l’ANC s’acharné à mettre au monde le cap avec des strapontins politiques que vous connaissez. La montagne a accouché de la souris CAP 2015.

Mais depuis quelques jours on remarque des gesticulations puériles et hideuses de la part de ce regroupement. Plus de quatre leaders de ce mouvement ont pris d’assaut les médias pour annoncer au peuple togolais qu’en réalité la proposition du CAR et de l’ADDI n’est pas une initiative nouvelle et que la chose était dans les placards depuis. Et qu’ils attendaient la fin du conclave pour le présenter au peuple. Sacrée opposition !

Il faut vraiment être un toquet pour avaler ces élucubrations.

La vérité blesse mais ne tue pas et en mina on dit souvent que Ŋkpɛvi nyɔ wu ŋkpɛgã (la petite honte vaut mieux que grande honte). Quand on n’a rien à dire il vaut mieux se taire.

2010, 2011, 2012, 2013, 2014, ça fait exactement quatre ans que l’ANC a eu pour soumettre une loi. Durant ces quatre années, personne ne les a entendus parler de proposition de loi pour les réformes. Aucune initiative dans ce sent. Ce parti avait préféré investir la rue. Suite aux législatives de 2013 ce sont les calculs mathématique qu’ils ont choisi de faire : "Je suis le UN des UNS".

Eric DUPUY, Brigitte ADJAMAGBO, Gerry Tamaa, Jean Pierre Fabre vous qui déclarez aujourd’hui que vous aviez vous aussi une proposition de loi, dites nous : Combien de temps vous fallait-il pour la soumettre, votre loi ?

Pourquoi courrez-vous dans tous les sens ces derniers moments lorsque vous avez appris que le CAR et l'ADDI ont sous leur main une proposition ?

N'est-ce pas une manière de court-circuiter ces deux partis ? Ce que vous nous racontez maintenant ne rassure pas et dénote même de l’irresponsabilité dont vous avez fait preuve depuis le rejet du projet de loi suite au dialogue de Togotélecom (où le CST avait d’ailleurs quitté avant la fin des travaux). Qu’avez-vous fait lorsque le parlement a retoqué le projet de loi du gouvernement. N’est-ce pas entre deux avions qu’on a vu Fabre aller faire du tourisme en Europe ?

Les masques tombent et on découvre celui qui est qui et qui fait quoi. L’ANC/CAP 2015 a été pris de court par la sortie du CAR et de l'ADDI annonçant leur intention d'introduire une loi. Et le tour des medias et des réseaux sociaux que vous faites ces moments est une preuve que c’est une opération de dernière minute pour s'adjuger la paternité de cette initiative de la loi sur les réformes. L'ANC de Jean Pierre Fabre comme l’UFC de Gilchrist d’hier ne veut jamais jouer les seconds rôles. Tant que ce n’est pas l’ANC qui est aux commandes, rien ne passe dans l’opposition. L’ANC torpille l’action soit en jetant les autres en pâture soit on s’arrogeant tous les droits. C’est la même chose qui se faisait avec l’UFC de Gilchrist. Rien n’a changé aujourd’hui avec l’ANC où c’est tout ou rien.

Si l’ANC avait en sa possession une proposition de loi, elle n'avait qu'à prendre l'initiative de l’introduire au parlement depuis. Elle avait tous les atouts pour le faire. Le parti avait 19 députés soit lé 1/5 de l'assemblée nationale pour introduire une proposition de loi.

Maintenant que c’est le CAR et l’ADDI qui sont aux avant-postes, au lieu de leur prêter main fortes Dupuy avec cette condescendance qu’on lui connait affirme qu’ils (ANC/CAP 2015) vont eux aussi écrire leur loi et la confronter avec celle déjà écrite par le CAR et l’ADDI. Est-ce que ce monde est sérieux ?

Ce temps que l’ANC prendra pour proposer une autre mouture de la loi, est ce qu’ils ne peuvent pas mieux l’utilisé par exemple en amorçant des négociations avec les députés des autres partis représentés à l’Assemblée pour qu’un consensus soit trouvé afin que passent ces réformes et que la CEDEAO les avalise. Suis-je dans l'erreur ?

Lire la suite

Présidentielle de 2015 : Jean Pierre Fabre fragilisé. Le prix de son parricide.

Publié le 20 Octobre 2014 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Présidentielle de 2015 : Jean Pierre Fabre fragilisé. Le prix de son parricide.

Jean Pierre Fabre fragilisé. Il paie de prix de son parricide.

Gilchrist n’a pas encore pardonné à son filleul d’avoir ordonné à ses militants de lui jeter des pierres à la plage

Fabre de plus en plus contesté par ses collègues de l'opposition. Dans son camp, nombreux sont ceux qui pensent qu’il n’est pas l’homme de la situation mais peu osent le lui dire en face. Patrick LAWSON est devenu depuis un bon moment, invisible et imperceptible. Approché en marge du congrès de son parti, l’homme c'est-à-dire Patrick Lawson a reconnu des erreurs dans la direction du parti mais il s’est réservé de l’affirmé publiquement au risque de fragiliser FABRE déjà mal en point au niveau de toute l’opposition.

Une forme d’hypocrisie règne là aussi au tour de la personne de FABRE. Publiquement on fait profil bas, on se contente d’acquiescer ses décisions, mais derrière on boude, on torpille, on dénonce.

Depuis l’année passée, l’autoproclamé chef de fil de l’opposition souffre pour s’imposer. Le leadership lui fait défaut.

Au fur et à mesure que le temps avance, les critiques fusent contre l’homme. Koffi Yamgnane vient de donner une estocade à l’ANC en disant que Fabre le marcheur du samedi est un politicien sans stratégie, un paresseux qui a été incapable de faire son travail en 2010. Et que l’affaire de CESAL n’était que du pipo. En réalité les gens de l’ANC n’avaient pas des preuves qu’ils prétendaient avoir avant que la gendarmerie ne les disperse à Tokoin Séminaire. L’ANC n’a fait que divertir l’opinion en prenant comme prétexte que la gendarmerie a détruit leurs ordinateurs qui devaient les permettre de présenter leurs résultats. Pareil pour 2013. Bien qu’affirmant avoir été volé, l’ANC a été incapable d’apporter le moindre élément comme preuve.

Jamais une figure de l’opposition n’aura été l’objet d’autant d’antipathie. Agboyibo, Koffigoh, Gnininvi et Gilchrist à leur temps de gloire n’ont jamais été fragilisés comme l’est Fabre aujourd’hui.

Le CAR s’est toujours ouvertement démarqué de l’ANC et les récentes évolutions sur la fin du conclave le démontrent. Agbéyomé de son côté a annoncé aussi son investiture à la présidentielle pour décembre. ADDI va officialiser sa rupture avec l'ANC très prochainement pour retrouver son indépendance. L'UFC est aussi à l’affût et va sans doute annoncer sa participation aux élections

L'Appel des Patriotes de Fulbert ATTISSO qui sait vite rendu compte de la délicate position de FABRE à appeler toute l’opposition à chercher un leader responsable au lieu d'un populiste comme FABRE qui en réalité n’est pas à la place qu’il faut. Il a usurpé le parti à l’UFC dans des conditions rocambolesques en 2010.

Tout semble perdu d’avance pour lui l’opposant fougueux.

Une malédiction en fait car par son geste à l’encontre de son père Gilchrist Olympio en 2010, FABRE n’a pas eu l’onction nécessaire pour prendre la relève à la tête de l’opposition. Pour avoir ordonné aux jeunes de lapider Gilchrist à la plage en 2010, Fabre a commis un grave crime. Si aujourd’hui il n’arrive pas à faire l’unanimité au tour de sa personne c’est en quelque sorte la conséquence de cet acte : la malédiction.

2015 comme on le voit sonnera la fin de son parcourt politique. Après cette date de nouvelles forces verront le jour avec de nouvelles idées et une stratégie beaucoup plus claires. On voit déjà le jeune Alberto Olympio prendre ses premières marques. L’avenir, il faudra le compter avec ces genres de personnes. L’amateurisme et le pilotage à vue prendront fin. L’opposition après 2015 s’annonce comme une vraie opposition, celle qui s’oppose au pouvoir en proposant de vraies alternatives et non celle qui s’oppose juste parce qu’il faut le faire pour exister.

 

Lire la suite

Olivier Amah et Narcisse Azanleko: des victimes de torture ou des escrocs en fuite ?

Publié le 14 Octobre 2014 par @Abdel-L'investigateur dans asvitto, Politique

Olivier Amah et Narcisse Azanleko: des victimes de torture ou des escrocs en fuite ?

Tout le monde se rappelle encore du flou qui a été entretenu autour d’une plainte contre Olivier Amah en septembre dernier. Les esprits moins avisés avaient vu en cette plainte une persécution. Mais comme nous le faisions remarquer très tôt, Olivier Amah ne faisait l’objet d’aucune menace de mort, d’aucune persécution politique encore moins juridique.

Depuis quelques jours, le mystère commence peu à peu à s’éclaircir et l’écheveau se démonte de lui-même grâce à de nouvelles informations en notre possession. Selon ces dernières, Narcisse Azanleko, conseiller de l’ Association des victimes de la torture au Togo (ASVITTO), vient de prendre lui aussi la clé des champs suite à une plainte qu’a déposée contre lui une partenaire d’affaires.

En effet, Narcisse AZANLEKO qui se dit commerçant tantôt au grand marché tantôt au Port Autonome de Lomé, est parvenu à soutirer de gros sous (on parle d’une centaine de millions de francs) à une femme, elle-même commerçante au grand marché, en lui miroitant de bons dividendes après investissement dans une nouvelle affaire d’Import et Export.

Aout 2012, Narcisse AZANLEKO fraichement libéré de prison, intègre l’Asvitto et devient le conseiller du président de l’association Olivier Amah. Leurs relations vont au-delà du cadre des activités de l’association.

Narcisse a le flair des affaires, Olivier AMAH se cherche une nouvelle situation après plusieurs mois de galère. Très vite, il accepte l’idée de son conseiller de se mettre ensemble pour monter une affaire dans l’Import-Export.

Mais où trouver l’argent nécessaire à la mise en route de la société ? Avec des comptes vides et ayant un passé pas très clair, les institutions bancaires se méfient du dossier que les deux acolytes soumettent. Narcisse contacte ses connaissances à Lomé et au sein de la diaspora. Il fait même des annonces en ligne, sur des sites spécialisés et sur sa page facebook dans l’espoir d’accrocher un partenaire.

hebergeur d'image Capture d'écran

La chance finit par lui sourire. Par l’intermédiaire d’un ami, il fait la connaissance d’une femme, héritière d’une grande famille de commerçants bien connue à Lomé. Présentant l’ex-officier Olivier AMAH comme associé crédible, Narcisse Azanleko convint la femme à investir dans leur affaire avec un bon retour sur investissement. Les fonds sont décaissés et les affaires sont censées démarrer le plus vite. Narcisse multiplie les voyages à l’extérieur du pays et rassure la partenaire que c’est pour les besoins de leurs affaires.

Des mois passent mais le magasin qui est censé abriter les containers importés d’Asie sont vides. La partenaire prend contact avec Olivier AMAH qui la rassure. Narcisse s’offre une vie de nabab. Il roule dans une belle voiture et se tape une maison à Agoé, dans la banlieue Nord de Lomé. Aux réunions de l’Asvitto, c’est le champagne et les brochettes qui sont aux menus en lieu et place des questions de tortures. Avec son président, Aneho est devenu leur destination tous les week-ends.

Entre temps, un container de riz atterrit dans le magasin. La partenaire se fait présenter la marchandise comme étant l’une des premières livraisons. Elle reprend confiance. Une confiance aveugle puisqu’en fait la cargaison de riz appartient à un importateur burkinabé qui a sollicité le magasin pour stocker sa marchandise en transit pour Ouagadougou. Des mois passèrent sans que le début du remboursement des fonds n’ait été entamé.

Redoutant une escroquerie, la dame contacte son frère avocat qui prend contact immédiatement avec Narcisse Azanleko pour vérifier tous les documents prouvant sa bonne foi et l’effectivité des investissements dans la société import-export. Narcisse Azanleko trouve des arguments pour à chaque fois échapper à l’avocat qui se retourne vers Olivier AMAH. Ce dernier confie n’être qu’un associé de nom et que celui qui détient tout c’est Narcisse.

La dame fait pression et menace. Sur conseil de son frère avocat, elle introduit une plainte devant la chambre commerciale de Lomé. Olivier AMAH, ancien officier de police judiciaire, parvient à desserrer l’étau. Il promet à la dame de tout mettre en œuvre pour qu’elle puisse recouvrer ses fonds de départ.

Des mois passent encore et Narcisse devient introuvable. Une nouvelle plainte est introduite cette fois-ci contre les deux. Olivier AMAH sent la menace venir. La femme l’accuse d’avoir été l’une des cautions à son investissement dans l’affaire portée par Narcisse Azanleko. Il se trouve au centre d’une affaire d’escroquerie. Une mauvaise publicité pour celui qui a pris l’habitude de vouer aux gémonies la gouvernance de Faure Gnassingbé.

Pour échapper à cette humiliation, le moyen est tout trouvé : se servir de son passé d’ancien détenu « politique » pour chercher asile à l’étranger. Les associations de la diaspora très naïves tombent dans le jeu. Olivier AMAH se soustrait à la plainte déposée contre lui sous le fallacieux prétexte que ses droits sont menacés.

La victime presque au bord des larmes met la pression pour que l’autre associé soit interpellé avant que lui aussi ne prenne la fuite.

Vendredi 10 octobre, une nouvelle plainte cette fois-ci venant du deuxième substitut du Procureur de la République est déposée contre Narcisse.

Lundi 13 octobre 2014, jour de sa comparution, personne ne répond. On apprendra dans la même journée qu’il a suivi les traces de son président. Il se dit qu’il se trouve actuellement au Ghana en bonne compagnie avec son président Olivier AMAH. Olivier AMAH et Narcisse Azanleko sont aujourd’hui dans la nature. Ils ont laissé derrière eux une victime, une dame complètement appauvrie.

Voilà comment ces deux messieurs ont abusé de la confiance d’une femme pour lui escroquer des millions. Mais au lieu de répondre de leurs actes, ils font croire aux gens que c’est leur engagement politique qui leur vaut d’être persécutés par le pouvoir en place. Pauvre pouvoir togolais !

Lire la suite

Fabre candidat aux élections locales ou aux élections présidentielles ?

Publié le 12 Octobre 2014 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Fabre candidat aux élections locales ou aux élections présidentielles ?

Fabre candidat aux élections locales ou aux élections présidentielles ?

C'est la question que l'on se pose suite aux propos de Jean Pierre Fabre à l'issu du congrès de son parti le samedi 11 Octobre.

Après avoir échoué à obtenir les réformes, l’ANC a trouvé une nouvelle revendication : la tenue des élections locales avant les présidentielles de 2015.

Ils ont passé plus de trois ans à la plage pour soit disant récupérer le pouvoir à eux volé par Faure Gnassingbé. Pendant ce temps ils ont oublié qu’il y avait des réformes à faire, ils ont oublié qu'il y avait des locales à organiser.

Ils se sont bien amusés dans la rue de notre capitale faisant défiler les jeunes filles dans leur simple tenue d’Eve pour leur plus grand bonheur.

Plusieurs rounds de négociation ont été ouvert, mais Fabre, Ajavon Zeus, Claude Ameganvi ont répondu par leur absence et leur refus systématique.

On a encore souvenance de ces tribunes virulentes adressé contre Monseigneur Barrigah, l'ambassadrice des USA, le premier Ministre HOUNGBO, Patrick Spirilet etc. Fabre et ses ouailles les avait multiplié par zéro.

Aujourd’hui ils sont dos au mur. et les mêmes qui snobait les appels à la négociation du gouvernement et autres font des pieds et des mains pour des concertations. Que non ! L’embarcadère est déjà au fond de l’océan !

Et ce n’est pas la bouée de sauvetage que les hommes d’église et Nicolas Berlanga leur ont lancée qui les referont monté à la surface.

Dans cinq petits moi se tiendront les présidentielles. L’ANC le sait et ils viennent de désigner leur candidat mais au même moment ils demandent qu’on organise les élections locales d’abord.

Quelle incongruité ? Ils sont ridicules au sein de ce parti. Les élections locales se préparent.Il y a des prérequis. On ne se lève pas un beau matin pour dire qu'on fait telle ou telle élection. C'est vraiment triste de constater que les membres de l’ANC demandent la tenue d'une élection dont la date n'était pas connue à 5 mois d'un autre scrutin.

On se demande s’ils savent vraiment là où ils vont.Chaque fois ce sont des revendications inopportunes et intemporelles qui sont posée.On va et on revient sur les mêmes choses. Tantôt vous allez les entendre dire qu’ils n’iront pas aux élections sans réformes, tantôt qu’il faut les élections locales d’abord avant la présidentielle. On ne sait plus ce que Fabre et ses amis veulent au juste.

Lors de sa tournée en Europe auprès de la diaspora, ce sont les mêmes bourdes qui ont été commises. Jean Pierre FABRE a préféré parlé collecter l’argent pour venir enterrer sa maman.

Sachant que le but de ce voyage était essentiellement matérialiste et personnel il a choisi d’aller avec l’autre connard à savoir Abass KABOUA qui visiblement est devenu son conseiller en com. Laissant sur le carreau ici à Lomé des gens comme Jean Claude Delava, Eric DUPUY et Patrick Lawson réduit depuis un certain au silence.

Dans quelques mois l’horizon politique togolais sera parfaitement dégagé. Incapable de séduire dans son propre camp par un discours logique, raisonnable, il s’obstine à conduire toute l’opposition au naufrage. Personne parmi cette brochette d’opposant venus au congrès ne croit une seule seconde en la capacité de Fabre a dirigé ce pays. C’est une certitude, le président de l’ANC n’a pas la carrure d’un dirigeant. D’ailleurs depuis quatre ans que son parti existe, aucune action concrète à son actif sauf bien entendu les manifestations de rue.

Avec lui l’opposition togolaise est plus que affaibli. Le parti au pouvoir semble plus renforcé que jamais. Aucune véritable force en vue pour le jeune président de la République qui a de solides arguments à faire avancer devant les togolais.

 

Lire la suite

La grève des agents de douane et des impôts est une insulte à toute la Nation togolaise toute entière

Publié le 22 Septembre 2014 par @Abdel-L'investigateur dans SOCIETE

La grève des agents de douane et des impôts est une insulte à toute la Nation togolaise toute entière

La grève des agents de douane et des impôts est une insulte à toute la Nation togolaise toute entière. Il y a des reformes louables qui s'opèrent dans d'autres plusieurs domaines dans notre pays notamment avec l'arrivé de l'OTR. Comme partout, le changement est mal vécu par les premières personnes concernées. Les avantages et autre passes droits des uns et des autres se trouvent du jour au lendemain finis. La belle vie des douaniers et des inspecteurs des impôts est compromise avec les réformes entamées. Ceux qui ont pensé qu’il en sera toujours ainsi pour toute leur vie et qui ont investi dans les cuisses des femmes voient leur avenir sous des couleurs sombres.

Aujourd’hui ils sont rattrapés par leur propre histoire mais ils refusent de lâcher prise. Depuis des semaines les agents douaniers et des impôts gesticulent, ils bandent leur muscle contre l’OTR.

Ils veulent étouffer cette nouvelle organisation qui vient les mettre à nu dans leur gabegie, dans leur détournement. Ils expriment même bruyamment leur colère infondé contre le nouveau venu et qui veut mettre de l’ordre dans un secteur pourri jusqu’à la moelle.

Les douaniers et les inspecteurs d’impôts sont rattrapés par l’histoire. Ils ne comprennent pas le leitmotiv des nouveaux dirigeants qui veut mettre en avant la compétence, le diplôme.

Les jeunes qui se tournaient les pouces dans des bureaux ne sachant quoi faire sont désormais remis à leur poste, des postes qu’occupaient des vieux très réfractaire à la moindre innovation. Les temps ont bien changé et les diplômes ont de la valeur.

Dans le temps des agents avec le niveau BEPC ou BAC parfois sans niveau étaient devenus chef par le népotisme sous toutes ses formes. Comment voudrez-vous qu'un subalterne (moins âgé que le fameux chef) avec le niveau maitrise ou DEA voire Doctorat en plus d'un nombre conséquent d'années d'expérience professionnelle ne soit pas le nouveau chef? Toute honte bue ils viennent dire publiquement « On ne peut pas comprendre, par exemple, qu’un général puisse se retrouver sous les ordres d’un lieutenant. C’est inacceptable ». Quelle bassesse!!!! Qu'est ce qui fait le général et le lieutenant au sein des services de la douane et des impôts?

Le DG de l'OTR a été clair là-dessus: au lieu de les rétrograder (c'est-à-dire ces vieux-là), l'OTR leur offre la retraite anticipée avec allocation de salaire. Mais niet. Les dieux de l'autrefois ne sont pas prêts à se faire humilier de la sorte. Ils peuvent se payer les services des journaleux togolais qui sont à la quête du fameux "communiqué final". Ils ne représentent qu'une infime partie des agents. Ils n'ont qu’à opter pour la grève. Ils reviendront retrouver leurs fauteuils occupés.

On peut tout reprocher à Faure en commençant par la nationalité du DG de l'OTR. Mais les reformes qui se font actuellement au sein de cette instance sont vraiment à saluer. Qu'on soit de l'UNIR ou de l'opposition. Parole d’un togolais sur les mouvements d’humeurs dans le monde de la douane et des impôts.

 

 

Lire la suite

Afficher plus d'articles

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>