Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

Le barque du CST va vouler : sauve qui peut !

Publié le 24 Janvier 2014 par @Abdel-L'investigateur dans incendie, Incendie Togo

Dans les rangs du Collectif d’opposition ‘Sauvons le Togo’, ce n’est pas la franche camaraderie. L’une de ses dirigeants s’en prend plein la figure depuis plusieurs mois. La victime ? Agbéyomé Kodjo, leader du parti Obuts.

Il est accusé par ses amis de jouer double jeu en tentant de se rapprocher du pouvoir. On lui prête également l’intention de se présenter à l’élection présidentielle de 2015 ; une initiative qui déplait fortement à Jean-Pierre Fabre autoproclamé ‘candidat naturel’ de l’opposition en raison du score obtenu lors des législatives.

Certains leaders du CST accusent même, certes à demi mot, Agbéyomé Kodjo d’avoir pris une part active dans l’organisation des incendies criminels des marchés de Kara et de Lomé en janvier 2013. Ecouter les propos de KABOUA par ici http://www.youtube.com/watch?v=Bz9VOZ70xOM&feature=youtube_gdata

L’ambiance est lourde. On ignore pour le moment quelle sera l’attitude de l’ancien Premier ministre. Va-t-il rester au sein du Collectif malgré les critiques sévères ? Reprendra-t-il sa liberté dans la perspective des présidentielles ?

Les semaines qui viennent devraient apporter un début de réponse.

Lire la suite

Agbéyomé, les allumettes et les pyromanes

Publié le 23 Janvier 2014 par @Abdel-L'investigateur dans incendie, Incendie Togo

Agbéyomé, les allumettes et les pyromanes

Une semaine après l’annonce d’une hausse des prix des carburant, les journaux parus jeudi sont toujours à se demander quels seront les effets sur la vie quotidienne des Togolais.

Le Correcteur attribue la hausse au financement des législatives de juillet 2013, mais son confrère Liberté livre une autre explication, la réduction des subventions sur les produits pétroliers.

Comment éviter une flambée des prix, se demande Le Libéral. Des mesures d’accompagnement ‘louables’ sont envisagées par le gouvernement, assure Chronique de la Semaine. Et ce journal de citer un renforcement du réseau de transport public et la diminution de certaines taxes sur les denrées de première nécessité.

Le Flambeau des Démocrates espère en tout cas que les mesures d’accompagnement seront efficaces.

Autre sujet récurrent, les incendies criminels des marchés de Kara et de Lomé il y a un an.

L’ancien Premier ministre Agbéyomé Kodjo est accusé par des responsables du CST d’être l’auteur des incendies, indique Chronique de la Semaine. Le leader d’Obuts ne devrait pas tarder à réagir.

Bonne nouvelle, le président de la République inaugurera vendredi le nouveau marché de Kara. Info à lire dans Le Libéral.

Enfin en rubrique éducation, Golfe Info signale que gouvernement et syndicats d’enseignants sont sur le point de signer un accord.

Lire la suite

La politique d'apaisement prônée par le président de la République se traduit dans ses actes. Le 13 janvier, jour du recueillement

Publié le 13 Janvier 2014 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Faure Gnassingbé vient de faire un nouveau geste en faveur de la réconciliation nationale en annonçant que ‘’ Cette année, les manifestations et les commémorations officielles marquant habituellement le 13 janvier n'auront pas lieu.’’

On sait que cette célébration du 13 janvier a été depuis son instauration une cause de fracture dans la population parce qu’elle paraissait sacraliser les circonstances de la mort tragique de Sylvanus Olympio.

Désormais "cette date sera une journée, placée sous le signe du recueillement’’. En effet, dans le cadre de la consolidation de la réconciliation et de l'apaisement, des réflexions sont en cours en vue d'instituer une journée nationale de réconciliation.

La célébration chaque année de cette journée permettra aux Togolais de renouveler leur engagement à vivre ensemble dans la paix, la compréhension mutuelle et la cohésion.

Ainsi, par petites touches, le Président du Togo efface les signes d’affrontement et les remplace par des gestes de réconciliation et d’apaisement.

Cette politique n’est pas toujours comprise.

Les partisans de l’ordre ancien y voient un reniement.

Les extrémistes n’y perçoivent que de la poudre aux yeux.

Mais le peuple ne s’y trompe pas : grâce à l’action déterminée de son Président, la nation togolaise est en voie de construire un solide socle unitaire dépassant les clivages anciens.

Cette politique d’apaisement mérite d’être poursuivie.

Koffi SOUZA

Lire la suite

Bientôt le grand déballage sur les incendies des marchés de LOME et de KARA

Publié le 8 Janvier 2014 par @Abdel-L'investigateur dans incendie, Incendie Togo

Bientôt le grand déballage sur les incendies des marchés de LOME et de KARA

Au lendemain des élections législatives et suite à la crise qui a et qui continue de secouer le CST, certains ont déduit que le feu des incendies des marchés de LOME et de KARA n’avait apparemment pas fini de brûler et que de toute vraisemblance, les pyromanes ont par inadvertance emporté avec eux les braises chez eux. A la veille de la commémoration de l'anniversaire de ce sinistre, la combustion a atteint un tel niveau que certains auraient décidé de se mettre à table pour espérer se décharger de ce fardeau, surtout qu’ils estiment n’avoir rien gagné dans tout cela contrairement aux autres qui se sont accaparés de tous les marrons. Les jours à venir promettent beaucoup de surprises.

Lire la suite

Jean Pierre Fabre, la soixantaine déjà sonnée, il crèche toujours chez sa maman comme un enfant de moins de 18 ans

Publié le 5 Janvier 2014 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Que de rendez-vous manqués et de gâchis dans le microcosme de l’opposition politique au Togo! De l’an 1990 à ce jour, la classe politique adversaire du système en place à Lomé a raté plusieurs occasions d’inaugurer au moins une fois l’alternance. Cette classe qui n’a pas pu arracher le pouvoir par égoïsme et amateurisme continue à ce jour sur la même lancée comme si elle ne voulait pas du pouvoir.

A part la parenthèse de la présidentielle de juin 1998 remportée haut les mains par le fils du premier président du Togo indépendant Gilchrist Olympio et dont la victoire a été confisquée par feu général Eyadema, les autres échéances électorales présidentielles n’ont été que des rendez-vous manqués pour l’opposition. En 2005, à la mort du général Eyadema qui a régné 38 ans sans partage, la présidentielle est convoquée. Son fils Faure se présente sous la bannière du RPT et voit en face de lui, Bob Akitani de l’UFC, un vieux à un pas de la tombe comme candidat de la coalition de l’opposition imposé par Gilchrist Olympio. Mauvaise stratégie, mauvais résultat. Faure prend le fauteuil des mains du vieux Bob Akitani dont la santé chancelait à l’époque. Bob Akitani est battu selon les résultats communiqués par la CENI. Même si l’opposition a crié après à la fraude, aux achats de conscience et patati patata, il faut reconnaître que sa stratégie de désigner le vieux Bob Akitani face au jeune Faure était loin d’être payante. Quel Togolais tourné vers le futur pouvait choisir un vieux titubant qui, à peine la première semaine après le scrutin, est tombé malade et ne s’est plus relevé jusqu’à ce que mort s’en suive ? A chaque occasion, son gâchis dans les rangs de l’opposition. De l’épisode Akitani, retrouvons celui oh combien riche en enseignements des leaders actuels notamment les cas Jean-Pierre Fabre et Agbéyomé Kodjo. Ceux-là nous intéressent à plus d’un titre car de tous les prétendants au fauteuil de Faure, ils sont les plus redoutables étant entendu que le grand manitou Gilchrist Olympio est devenu un has been depuis son retournement de veste pour sauver la paix civile au pays.

D’abord Jean-Pierre Fabre. Ce monsieur qui caresse trop le rêve de diriger le Togo un jour, n’a pas fini de grandir. La soixantaine déjà sonnée, il crèche toujours chez sa maman comme un enfant de moins de 18 ans. Jean-Pierre Fabre aurait pu déménager de chez sa mère depuis afin de rassurer les Togolais sur ses capacités à se débrouiller seul. En tout cas, s’il persiste et continue à camper au domicile maternel, qu’il sache que les Togolais qui sont avant tout des débrouillards, veulent d’un président qui sait se battre seul sans la tutelle de sa maman. De la maison de la maman de Fabre à Kodjoviakopé à celle de l’autre présidentiable Agbéyomé située à Forever, 5 km de bitume suffisent pour ceux qui connaissent Lomé.

Agbéyomé Messan Kodjo a gravi plusieurs marches dans sa vie sauf la plus prestigieuse d’entre elles, celle de la présidence. Le fils de Tokpli connaît bien le système en place à Lomé qui ne le méconnaît non plus. Agbéyomé pouvait devenir président sauf qu’il lui manque les couilles. Tous les Togolais se souviennent comme si c’était hier de ses chaudes larmes à la conférence nationale comme un bambin. Agbéyomé Kodjo, un homme fort et qui a de solides couilles ne pleure jamais quelles que soient les circonstances et quoi qui arrive. Pour une histoire banale d’accusation fallacieuse, Agbéyomé Kodjo s’était fondu en larmes comme un bébé. Et s’il se trouvait face aux tirs nourris de mitraillettes dans une attaque contre son domicile d’éventuel président, que ferait-il ? Et puis, pour la petite histoire, dans l’affaire des incendies, lorsque les gendarmes sont allés chez lui pour l’interpeller, Agbéyomé à la vue de ceux-ci a commencé à verser les larmes. Quel président verse aussi vite les larmes comme un enfant ou une femme? Agbéyomé n’a pas suffisamment de couilles mais il veut être président du Togo. A croire que les hommes sont terminés dans le pays.

Quand on n’a pas de couilles et qu’on n’a pas fini de téter, on évite soigneusement la présidence car en ces lieux, seuls ceux qui sont forts, courageux et pugnaces tiennent debout. Sans oublier les nombreuses autres tares que traîne l’opposition notamment le manque d’humilité, la suspicion permanente entre les leaders et les militants des partis, l’égoïsme trop poussé des premiers responsables, pour ne citer que ces tares. De toutes les façons, les jokers qui veulent succéder à l’heure actuelle au locataire de la présidence togolaise doivent revoir leurs copies, faire une autocritique. Seuls les imbéciles ne changent pas !

Pâ Tamba Lynx.info

Lire la suite

Agbéyomé Kodjo trouve que Zeus est un amoral et un inintelligent.

Publié le 2 Janvier 2014 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

La période de fin d’année est souvent synonyme de beuverie et d’orgie. Est-ce que Agbéyomé est sous le coup d’une lourde beuverie ou a-t-il toute sa lucidité ? J’ai lu sur un site ceci : ‘‘Ainsi, d’après l’ancien Premier ministre togolais Agbéyomé « toute dénégation de Zeus ne pourrait être interprétée comme une preuve de mauvaise foi, de manque de probité morale et intellectuelle »’’.

Tout le monde sais que Zeus use en abuse de mauvaise foi. Tout le monde sait aussi que Zeus a une défaillance chronique de tout aspect touchant à la morale humaine. Mais ce que nous ignorons, et que Agbéyomé vient de nous révéler, c’est que Zeus serait inintelligent. Voilà qui est dit et qui doit susciter mille et une interrogation sur les motivations d’une telle volonté de Zeus Ajavon, à ne pas reconnaitre le statut de membre du CST, à un membre (le CVU) qui a décidé de par les agissements au sein du groupe à s’en débarrasser. Wait and see !

Ce que je reconnais volontiers à Agbéyomé, c’est sa capacité pointue d’analyse. Après avoir fréquenté la bande du CST, Agbéyomé s’est fait l’exacte idée sur ses membres. Je suis sûr que quand Zeus et Agbéyomé se croiseront, ils viendront aux mains. Sur ce terrain aussi, Agbéyomé est à l’aise. Ce n’est pas Natchaba qui me dira le contraire. Devant Etienne et moi, Agbéyomé nous a montré qu’il en a dans les bras. Vive Agbéyomé ! Vas-y Agbéyomé, tabasse Zeus si tu le croises." AVOUANTHEBOSS

Lire la suite

OBUTS s'explose avec AGBEYOME Kodjo

Publié le 26 Décembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans politique

OBUTS ne saurait être comptable des choix « hasardeux », de « l’orientation sujette à caution et dépourvue de vision stratégique » du CST.

OBUTS ne saurait en « aucune sorte ni en aucune manière continuellement subir, le manque de courtoisie et de franchise, la déloyauté, et l’avanie de ses pairs… », avertit Agbéyomé Kodjo qui dit constater avec « déception » qu’au sein du mouvement « les jeux d’appareils politiques et de positionnement précoce en vue de la prochaine échéance présidentielle de 2015, prennent le pas sur l’idéal républicain de mutualisation des énergies en vue du triomphe des légitimes aspirations de notre peuple ».

Fin d'année très mouvementée pour le Collectif Sauvons le Togo qui est depuis quelques semaines au centre de vives critiques.

Lire ci dessous le message intégrale de l'homme d'OBUTS

MESSAGE À LA NATION DU PRÉSIDENT NATIONAL DE OBUTS À L’OCCASION DE LA FIN DE L’ANNÉE 2013

Mes Chers Compatriotes,
Togolaises et Togolais,
L’année du calendrier grégorien 2013 tire inexorablement vers sa fin, et c’est le temps du bilan avant de se projeter de nouveau dans la nouvelle année 2014 avec autant d’espoir que d’inquiétudes.

Ce temps de bilan n’est pas sans rappeler les fêtes de fin d’année et la symbolique de la nativité avec le bruissement de l’hymne des cieux : << Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté>>. Certainement la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu qui s’est fait homme est nôtre !

Mes Chers Compatriotes,
Togolaises et Togolais,

En ce moment festif chargé particulièrement de doute et d’angoisses sous nos cieux, empruntant les paroles saintes du Prophète Esaïe, nous voulons exhorter le Peuple togolais en disant aux mains défaillantes de se fortifier, aux genoux fléchissants de s’affermir et à tous ceux qui s’affolent, de reprendre courage et de ne pas craindre, car voici notre Dieu qui vient Lui-même nous sauver.

L’année 2013 fut éprouvante pour le Peuple togolais dans son ensemble, et pour la formation politique OBUTS, dont les deux premiers dirigeants ont subi, des traitements cruels, inhumains et dégradants en raison de leur choix politique et de leur engagement résolu dans la lutte pour l’avènement de la démocratie et de l’alternance politique au Togo.
Des accusations les plus imaginaires à notre encontre dans la sinistre affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé, à notre détention abusive ; de la prétendue levée de mon immunité parlementaire à mon interpellation empreinte de brutalités envers ma famille, rien ne nous fut épargné au cours de l’année 2013. Le traumatisme éprouvé est réel et profond.
Cependant, chevillés à notre foi chrétienne, nous sommes restés stoïques et fermes dans nos convictions et engagements pour un Togo meilleur.

Nous ne portons en nos cœurs, ni ressentiments, ni rancœurs et pardonnons à nos oppresseurs, car il ne relève pas de notre compétence de les juger.
Enfants du Togo, condamnés par l'histoire et la géographie à vivre ensemble, nous les portons dans nos prières et demandons à Dieu de réveiller l’humanisme qui est enfoui dans leur tréfonds.
Comment ne pas s’émouvoir face au cri de détresse et à la soudaine et violente infortune des commerçantes et des commerçants des marchés de Kara et de Lomé qui ont vu se consumer en une nuit, le dur labeur d’une vie, dans un environnement marqué par une crise financière de grande ampleur, aggravée par les choix économiques hasardeux de nos dirigeants ?
À tous ces affligés et aux victimes collatérales de l’intolérance, la formation politique OBUTS exprime à nouveau sa vive compassion, toute sa solidarité et les convie tous à demeurer dans la Nouvelle Espérance d’une Nation juste, stable, généreuse, solidaire et ouverte sur le monde.
Depuis plusieurs mois, il nous a paru politiquement approprié de marquer un recul relativement à l’actualité politique nationale en raison de la déclinaison des événements, ceci dans le souci de pouvoir mieux enrichir la réflexion collective sur les alternatives de sortie de crise heureuse dans notre pays.
Les polémiques puériles et la fronde ouvertes contre OBUTS au lendemain du scrutin législatif du 25 juillet 2013, sont constitutives de manœuvres destinées à occulter les injustices subies par notre formation politique, de déficit de solidarité au sein du Collectif Sauvons le Togo (CST) et de l’escroquerie manifeste dont notre formation politique fut victime.

OBUTS n’a nul adversaire au sein du CST ! Bien au contraire, elle a œuvré dans l’humilité, avec une constance que quiconque serait en peine de démentir, à créer les conditions nécessaires pour une union forte, au sein de notre regroupement.

Cependant, notre formation politique ne saurait en aucune sorte ni en aucune manière continuellement subir, le manque de courtoisie et de franchise, la déloyauté, et l’avanie de ses pairs. Elle ne saurait être comptable des choix hasardeux, de l’orientation sujette à caution et dépourvue de vision stratégique qu’affichent notre mouvement citoyen.

Nous constatons avec déception qu’au sein de notre mouvement , les jeux d’appareils politiques et de positionnement précoce en vue de la prochaine échéance présidentielle de 2015, prennent le pas sur l’idéal républicain de mutualisation des énergies en vue du triomphe des légitimes aspirations de notre peuple.
L’enjeu de notre engagement politique est de parvenir avant tout à trouver le chemin qui conduit à l’émergence d’une société togolaise apaisée, harmonieuse, où chaque fille et chaque fils de notre pays, aura une égalité de chance, protégé par un État qui lui assure le respect de toutes ses libertés et de ses droits, en vue de son plein épanouissement et de son bien-être. Une société où l’activité politique est mieux organisée dans un environnement institutionnel viable, stable et équilibré ; une société jouissant d’une économie dynamique et prospère ; une société fière de ses valeurs éducatives et culturelles.

Mes Chers Compatriotes,
Togolaises et Togolais,

Il devient de plus en plus pressant de conduire une réflexion stratégique et tactique qui ouvre le chemin du rassemblement des forces politiques de l’alternance portée par une opposition unie, forte et solidaire autour d’un véritable projet de société. Ceci permettra d'exiger les réformes nécessaires à même d’obtenir les conditions objectives pour assurer la régularité, la transparence et la loyauté des élections, et de désigner un candidat commun, capable de cristalliser les aspirations démocratiques du peuple souverain pour une alternance politique pacifique en 2015.
Sur ce chantier, OBUTS est disposée à apporter toute son expertise et le fruit de ses analyses en vue de faire avancer positivement nos travaux.
L’organisation des élections locales avant le scrutin présidentiel s’avère une exigence fondamentale pour favoriser l’ancrage de la démocratie participative et le développement de nos collectivités locales. Ce qui permettra aussi de tester la solidité et l’impartialité de l’administration électorale avant la présidentielle de 2015.

Mes Chers Compatriotes,
Togolaises et Togolais,

Quelles que soient nos divergences politiques, nous devons rester conscients que toutes nos ambitions sont légitimes ; car elles tirent leur fondement de la foi et de la passion qui nous animent tous pour un Togo meilleur, juste et prospère.
Devant la détresse humaine que vit le Peuple togolais et la misère sous laquelle ploient les plus humbles, nos rivalités et querelles de chapelle doivent être absolument mises sous le boisseau pour que nous retrouvions dans la dignité, le chemin qui nous préserve des outrances, des intempestifs procès d’intention, des invectives, de la diabolisation, afin de créer les conditions d’une véritable alternance politique au Togo.
En effet, il y a bientôt près d’un quart de siècle, suite à la fin de la guerre froide matérialisée, notamment par la chute du mur de Berlin, l’effondrement de l’URSS, le discours de la Baule et l’aspiration des peuples à plus liberté et de justice, le Peuple togolais, s’était engagé dans le combat pour mettre fin aux privilèges indus et construire une société juste, équitable et réconciliée.
Le 05 octobre 1990, marqua la révolte populaire de notre peuple pour une nouvelle gouvernance politique plus soucieuse du respect des droits humains et plus attentive à une meilleure répartition de la richesse nationale.
Aujourd’hui, que pouvons-nous retenir de ce combat au cours duquel des milliers de nos compatriotes sont passés de vie à trépas, certains en sont sortis handicapés à vie, et d’autres eurent leur vie brisée ou abîmée à jamais ? Certes il y a eu quelques timides avancées dans le domaine de la conquête des libertés mais force est de reconnaître que les résultats obtenus pour le Peuple togolais sont insignifiants au regard des sacrifices consentis.
Nous ne devons jamais perdre de vue que les mêmes causes produisent les mêmes effets. La lutte que mène le Peuple togolais depuis bientôt 24 ans peine à aboutir non seulement parce que la lecture que nous en faisons n’est pas la meilleure, mais aussi parce que les meneurs manquent d’humilité, sont aveuglés et ignorent l’appel à la conversion de la prophétie d’Esaïe sur le Togo Esaïe (21 :11-12).

Pendant la même période en Afrique du Sud, feu le Président Nelson Mandela libéré le 11 février 1990, après 27 ans de vie carcérale extrêmement pénible, se fondant sur la prise en compte des aspirations de l’ensemble des composantes de la nation Sud-africaine, et sur le ciment de l’humanisme, de la fraternité, de la paix, et du vouloir vivre ensemble nécessaire au progrès de toute société plurielle, prôna la non-violence et la négociation avec le gouvernement de monsieur Frederik de Klerk. Cette vision et cette ouverture d’esprit portées par le pardon et l’humilité, permirent l’adoption d’une nouvelle Constitution en République d’Afrique du Sud le 27 avril 1994, mettant ainsi définitivement fin au système de l’apartheid.
L’Afrique du Sud a su ainsi mettre fin aux déchirements pour s’inscrire désormais dans la voie de la réconciliation nationale. Nonobstant tout ce qui reste à faire pour plus de justice sociale, ce pays paraît le moteur de la puissance économique continentale et a accueilli les illustres gouvernants de ce monde pour l’ultime hommage rendu à feu le Président Nelson Mandela le 10 décembre 2013.

Mes Chers Compatriotes,
Togolaises et Togolais,

Combien grande est la douleur causée par l’espérance déçue, et nécessaire le dépassement de tout aveuglement ?
Certes tout n’est pas rose en Afrique du Sud mais la leçon de vie que laisse feu le Président Nelson Mandela à la postérité nous interpelle tous, gouvernants, leaders politiques, acteurs de la société civile et citoyens de tous rangs !

Si seul compte finalement ce que l’on est dans sa vérité et ce que l’on a su donner aux autres, je tire personnellement comme leçons de la vie de feu le Président Nelson Mandela, le pardon, la tolérance, l’humilité et l’Amour du prochain sans lesquels il n’y a pas de réconciliation possible dans une société plurielle. Et sans la réconciliation, il n’y a pas de paix possible, et le chemin du progrès social devient un leurre, car le déficit de confiance accroît toujours la méfiance qui fait le lit de la dysharmonie.

Au Togo, la rancune, la volonté de règlements de comptes ont structuré la lutte pour la conquête ou la conservation du pouvoir, faisant du peuple l’otage des acteurs politiques, un objet manipulable à souhait, livré à tous les dangers et à la répression des forces de sécurité.

Enivrés d’eux-mêmes et aveuglés, les acteurs politiques omettent de scruter la volonté de Dieu. Volonté de justice et de respect du prochain. Cet aveuglement se traduit par l’inversion des valeurs : l’apparence des choses devient leur réalité et la réalité des choses devient leur apparence.
Notre long chemin de croix n’est finalement que l’aboutissement logique de nos inconséquences respectives. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons abandonner ce chemin semé d’embûches qui crispent et figent les adversaires politiques dans l’immobilisme, le cynisme et l’hypocrisie au profit de la recherche du Consensus Républicain pour une société apaisée, plus libre et plus égalitaire.
L’affrontement et la provocation ne furent-ils pas à l’origine de l’échec de la conférence nationale souveraine ? Cette instable allotropie se perpétue et continue malheureusement de miner insidieusement le combat que nous menons pour la libération de la Nation togolaise.

Il nous faut impérativement changer dans nos cœurs, la grille de perception et de jugement de l’autre et tourner définitivement le dos à des querelles de chiffonniers, pour nous inscrire durablement dans l’Amour qui seul libère et rend possible le pardon mutuel.

La stabilité de la République est aujourd’hui fragile alors que le doute et l’angoisse sont le lot de notre peuple. Seule une véritable conversion qui nous délivre de notre propre duplicité peut nous permettre de véritablement nous mettre en marche sur le chemin de l’avènement du Togo « Or de l’Humanité » !

Nous Togolaises et Togolais ne sommes-nous pas dans l’obligation citoyenne et devant un impératif majeur de convier nous aussi dans nos comportements quotidiens pour le salut de la Nation tout entière, les valeurs qui ailleurs ont assuré le passage d’une société raciste, ségrégationniste et violente à une société multiraciale apaisée ?

Le changement fait partie de l’ordre naturel des choses, et n’est possible que quand nous intégrons à leur juste mesure les leçons de la vie. Leçons de vie que distille chacune de nos épreuves !
Enfants du Togo, comment pouvons-nous imaginer vivre ensemble dans un même État sans nous approprier les valeurs du pardon, de tolérance, d'humilité, de vérité et de solidarité ?
Voici venu à présent le temps de construire ensemble dans la Vérité et l’Amour la Nation togolaise. Nous pouvons et devons agir ici et maintenant véritablement dans le sens de la réconciliation nationale afin que réconciliés avec nous-mêmes et l’histoire, nous bâtissions une Nation démocratique, prospère et solidaire.
A cet effet les recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) doivent servir, dans les jours à venir, à conduire dans la sincérité une nouvelle étape de l’œuvre commune d’édification de la Nation togolaise.

Mes Chers Compatriotes,
Togolaises et Togolais,

Que l’année 2013 nous édifie davantage ! Qu’elle emporte son cortège de souffrances et de dures épreuves. Que l’année 2014 qui s’annonce, soit l’année des grandes bénédictions pour le Togo, pour vous-mêmes et pour chaque membre de vos familles respectives.
Soyons dans la Nouvelle Espérance d'une Nation stable, juste, réconciliée, pacifiée, généreuse, solidaire, prospère et ouverte sur le monde avec la ferme conviction de ce que le Père Éternel ne trahit jamais ses promesses.
Soyons plus que jamais conscients et accomplissons dans la Lumière la tâche-mission dévolue au Peuple togolais dépositaire d’une charge vibratoire élevée afin de faire du Togo « l’Or de l’Humanité » !

Bonne Année 2014 et que Dieu bénisse l’Humanité tout entière !
Je vous remercie.

Lomé, le 26 Décembre 2013.

Lire la suite

Où et comment Abass Kaboua a-t-il trouvé le sac de farine UNIR ?

Publié le 24 Décembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Pour ceux qui ont vécu la scène le samedi 21 décembre dernier, ils attesteront qu’au cours de son intervention, Abass KABOUA s’est présenté sur le podium devant des manifestants avec un sac de farine marqué UNIR. Dans son intervention, il s’évertuait à expliquer à la foule que des sacs de farine UNIR périmée aurait été distribués aux militants du parti.

Cette allégation ne serait pas étonnante si elle n’avait pas été effectivement accompagnée de la présentation d’un nouveau sac de farine qu’Abass Kaboua exhibait comme preuve.

Si le contenu de ce sac reste à vérifier pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une autre chose mise à la place de la farine, il reste tout de même surprenant que ce soit Abass KABOUA qui soit le détenteur d’un tel sac.

Hébergeur d'image

Voulant prospecter sur cette question qui met en jeu la santé publique des citoyens, nous avons essayé de mener une petite enquête qui nous a conduits vers quelques responsables du parti UNIR. Et partout où nous sommes passés, une seule question nous revenait en guise de réponse à notre souci de situer l’opinion : « si vous-même vous étiez conséquent vous auriez dû vous poser la question de savoir, où et comment Abass Kaboua a-t-il trouvé ce sac de farine ? » D’autres allaient jusqu’à nous charger de lui demander de nous présenter aussi les « billets périmés » qu’il reçoit des différents barons qui le traitent.

Chose curieuse qui mérite d’être relevée, presque toutes les personnes consultées nous ont laissé entendre que nous sommes les seuls au Togo à croire encore qu’Abass KABOUA est de l’opposition. Des témoignages reçus çà et là, il ressort qu’il est encore activement au service du régime.

Il serait d’ailleurs un point focal de distribution des biens de consommation et articles griffés UNIR. Il disposerait d’ailleurs d’une équipe de six jeunes de forte corpulence qui, à l’aide de motos que le parti a mises à leur disposition en 2010, se chargent de la distribution de ces biens et gadgets.

Pour éviter tous soupçons, les rencontres ont souvent lieu dans une buvette dans les environs de la station Total Totsi. D’après les témoignages, il est plus fréquent à ce lieu qu’à son propre domicile. L’ambiance des retrouvailles est généralement festive avec au rendez-vous de la « bonne chair » de cochon et même de cette viande très appréciée dans la partie septentrionale de notre pays qu’on appelle « affectueusement » gbodjin pour certains, dogmeat pour d’autres. Une bonne cargaison de sacs de riz, de tricots, de pagnes, de gobelet et de vins griffés UNIR est acheminée périodiquement en direction du nord à destination de ses proches parents. Les chauffeurs à qui il confie souvent ces biens et objets seraient bien connus à la gare routière d’Agbalepedogan.

À en croire un des six jeunes, le sac de farine que Abass a exhibé au meeting du samedi 21 à Agoè proviendrait d’un important stock reçu lors des législatives mais par égoïsme, il n’a pas autorisé la distribution aux militants UNIR d’Agoè –Tellessou à qui ce stock était destiné. Toujours selon le jeune, il comptait convoyer ce stock à des beaux parents qui résident à Totsi.

Cette énième révélation amène à se poser de réelles interrogations sur le vrai profil des leaders des composantes du CST. Après les soupçons qui ont pesé sur Zeus AJAVON qui était en son temps allé seul rencontrer Faure, Agbeyome Kodjo qui serait à la manœuvre pour déstabiliser le CST, c’est sur Abass KABOUA que le voile se lève quant aux relations incestueuses qu’il continue d’entretenir avec les barons du régime RPT/UNIR qu’il fait semblant de fustiger lors de ses interventions aux meetings.

Lire la suite

Me AJAVON ZEUS serait atteint de la maladie d'Alzheimer

Publié le 23 Décembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Me AJAVON ZEUS serait atteint de la maladie d'Alzheimer .

Ce sont les propos tenus par le Docteur Edem Atsou Kwasi, Psychiatre,médecin chef de clinique en Suisse, au cours d'un entretien avec nos confrères de la Radio KANAL K dans l'émission hebdomadaire "Fenêtre sur l'Afrique" de Sylvain Amos et de Romain KOUDJODJI.

Ecouter simplement le docteur :

Lire la suite

Saïd Djinnit parle du Togo et de l'Afrique de l'Ouest

Publié le 19 Décembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest, Saïd Djinnit a affirmé, mardi (17 décembre), devant le Conseil de sécurité qu' "au cours des six derniers mois, l'Afrique de l'Ouest a continué à progresser sur la voie de la stabilisation" mais il a toutefois fait part de la menace posée par la criminalité organisée dans la région. Lors de ses deux ans au Conseil de sécurité (2011-2013), le Togo n’a eu de cesse de mettre en garde contre les risques d’instabilité. Cette question a d’ailleurs été au centre des débats de deux réunions de haut niveau organisées à New York à la demande du président Faure Gnassingbé.‘La montée d'une criminalité organisée polymorphe qui tire parti de la porosité des frontières et de la faiblesse des institutions nationales est, à mon sens, la menace la plus grave », a confié M. Djinnit. Selon lui, il faut lutter efficacement et de manière coordonnée contre la corruption, renforcer l'état de droit et mettre fin à l'impunité, autant de brèches dans lesquels s'engouffre la criminalité organisée sous une forme ou une autre.

M. Djinnit s'est d'abord attardé sur la crise au Mali, où « l'ordre constitutionnel et l'intégrité territoriale ont été rétablis » et où, depuis l'élection du Président Keita et le déploiement de la Mission multidimensionnelle intégrée de l'ONU (MINUSMA), « le processus de dialogue et de réconciliation est en cours », a-t-il affirmé.

Saïd Djinnit a cependant reconnu la persistance, dans ce pays et à l'échelle régionale, de défis majeurs en matière de sécurité et de stabilité. À cet égard, il s'est félicité de ce que les dirigeants ouest-africains aient décidé de créer une force de réaction rapide pour doter l'Afrique de l'Ouest de la capacité requise pour répondre efficacement aux crises et autres menaces collectives.

Le Représentant spécial a par ailleurs attiré l'attention sur l'accalmie politique prévalant au niveau sous-régional, des élections ayant pu se tenir dans le calme au Togo, en Guinée et en Mauritanie. Le Bureau de l'ONU dans la région a d'ailleurs contribué au dialogue entre le gouvernement du Mali et les rebelles du Nord du pays et au soutien aux processus électoraux au Togo et en Guinée. « J'ai encouragé les parties guinéennes à poursuivre le dialogue sur les réformes nécessaires pour consolider les institutions démocratiques et à œuvrer à son enracinement dans l'espace politique du pays », a-t-il précisé.

Par ailleurs, le processus de démarcation de la frontière entre le Cameroun et le Nigéria a été marqué par la signature, le 22 octobre 2013, à Genève, d'une déclaration conjointe stipulant qu'à compter du 14 août dernier, le Cameroun exerçait désormais pleinement ses droits de souveraineté sur la totalité de la zone de Bakassi. Le Représentant spécial a salué « ce succès important dans la diplomatie des Nations Unies », notant que la coopération et la confiance s'étaient progressivement instaurées entre les deux pays dans le cadre de processus de mise en œuvre de la Cour internationale de justice sous les auspices de l'ONU. « Le Nigéria est devenu ces dernières années le premier partenaire commercial du Cameroun », s'est-il encore félicité salué.

Saïd Djinnit s'est penché sur les différentes zones de tension en Afrique de l'Ouest. Pour ce qui est du Sahel, il a déclaré que la récente visite du Secrétaire général avait contribué à créer une plus grande mobilisation en faveur des pays concernés. À la demande du Conseil de sécurité, son Bureau a mis en place une plateforme de coordination pour accélérer la mise en œuvre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel. « Nous devons, dans les prochaines semaines, nous atteler, sous l'autorité de la présidence malienne de la plateforme et en concertation avec l'Union africaine, à la mise en œuvre de la plateforme établie lors de la réunion ministérielle de Bamako, le 5 novembre 2013 », a-t-il indiqué.

M. Djinnit a également noté avec satisfaction l'adoption de la Stratégie pour la sécurité transfrontalière au sein de l'Union du Fleuve Mano, lors du Sommet de la CEDEAO qui s'est tenu à Dakar le 25 octobre. « Nous avons déjà enclenché le processus de mise en œuvre de la cette stratégie en organisant des consultations approfondies avec la société civile, à Freetown, du 11 au 12 décembre », a-t-il fait savoir.

Quant à la lutte contre la piraterie dans le Golfe de Guinée, un fléau qui touche directement le Togo, il a déclaré que les efforts se poursuivaient pour appliquer le cadre stratégique adopté à l'occasion du Sommet de Yaoundé des 24 et 25 juin, via notamment l'établissement du Centre de coordination interrégional qui sera basé au Cameroun.

« Les pays de la région poursuivent leurs efforts en matière de lutte contre le trafic de drogue et la criminalité organisée », a poursuivi le Représentant spécial pour l'Afrique de l'Ouest. Il a ainsi cité le plan d'action pertinent de la CEDEAO, appuyé par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et les activités du Comité politique de l'Initiative ouest-africaine. Il s'est de plus réjoui de l'organisation par la France d'un débat du Conseil, demain, sur le trafic de drogue et le crime organisé dans la région. « Ce problème est bien une menace à la stabilité régionale », a-t-il souligné. Face au terrorisme, M. Djinnit a par ailleurs préconisé de renforcer la coordination des multiples initiatives en cours, afin d'agir de manière véritablement concrète, efficace et concertée contre cette « menace grandissante ».

Enfin, le Représentant spécial du Secrétaire général s'est dit heureux d'informer le Conseil de sécurité que 12 des 16 pays que compte l'Afrique de l'Ouest ont adopté des plans d'action en faveur de la mise en œuvre de la résolution 1325 (2000) sur les femmes, la paix et la sécurité. « Dans cet esprit, nous nous employons à recourir, chaque fois qu'il est possible, aux services de femmes ayant bénéficié d'une formation en médiation organisée par notre Bureau en collaboration avec ONU-Femmes », a expliqué M. Saïd Djinnit.

Lire la suite

Afficher plus d'articles

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>