Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Abdel Moustapha

Découvrez l'inforamtion cachée, le fruit d'une longue investigation. Abdel Moustatpha vous livre sans tabou ce que les médias traditionnels vous cachent

Articles avec #politique catégorie

Kpatcha BASSAY, DG de CENTRO réagit suite au rapport du CST, ramassis d’absurdités pour semer de la confusion au sien de l’opinion.

Publié le 27 Novembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans incendie, Politique

Mise au point de MR Kpatcha Bassayi, Directeur Général de l’Entreprise CENTRO, sur les accusations graves et infondées du Collectif Sauvons le Togo sur les incendies des marchés de Kara et de Lomé

 

Le 11 novembre 2013, le Collectif Sauvons le Togo(CST) a rendu public un soi-disant rapport sur l’incendie criminel des marchés du Togo dans les nuits

des 10 au 11 janvier 2013 à Kara et du 11 au 12 janvier 2013 à Lomé. « Rapport » qui a été repris dans les colonnes de certains médias privés de la place. Ainsi, à la lecture de ce que le collectif sauvons le Togo appel une contre-enquête, mon nom a été cité parmi ceux que le CST considère comme étant les principaux instigateurs de cet acte criminel. « Au terme de ces investigations qui lui ont permis de collecter, de recouper et de vérifier de nombreuses informations, le CST rend public ce rapport d’enquête qui permet de confirmer, de manière formelle et indiscutable, que l’incendie criminel des marchés de Kara et de Lomé relève bien d’une machination politique orchestrée par de hautes autorités togolaises, donc, membres du régime UNIR/RPT. On compte parmi ses instigateurs : ….4°) Mr Raoul Kpatcha BASSAYI, Directeur général (DG) de l’entreprise de bâtiments et travaux publics CENTRO ».

En attendant d’examiner d’autres voies contre les auteurs de ce « rapport »,

je tiens à préciser ceci :

1- Les accusations dont je fais l’objet dans ce soi-disant rapport sont graves et dénuées de tout fondement. Elles n’apportent d’ailleurs aucune preuve. Et donc, je tiens à démentir de façon formelle mon implication dans une quelconque préparation et / ou exécution des incendies des marchés de Kara et de Lomé.

2- Un rapport d’enquête respecte un certain nombre de principes de base. Et le plus connu de tous est le recueil de la version de celui -là qui est cité ou soupçonné d’avoir participé au crime. Je n’ai jamais été approché par le CST, ni par sa cellule d’enquête sur les incendie s des marchés de Kara et de Lomé. Même si j’avais été approché, j’auraitrouvé à redire, car le CST n’est pas une unité d’enquête à ce que je sache. Et donc je considère que ce « rapport » est un ramassis d’absurdités pour semer de la confusion au sien de l’opinion.

 

3- Depuis les années 90 jusqu’à ce jour, j’ai toujours joué ma partition en tant que citoyen togolais qui aime son pays, en apportant ma petite contribution. Et donc je ne peux détruire ce que j’ai contribué à construire. Car mon éducation ne me le permet pas.

 

4- Quant au fait que je sois un bras droit de Mme Ingrid Awadé, la Directrice Générale des Impôts, et que je suis un proche du régime, laissez-moi vous dire, Messieurs les membres du CST, la vie est un choix. J’ai choisi d’appartenir à UNIR et à travailler pour ce parti, parce que je suis convaincu des actions de son Président Fondateur pour le développement du pays. C’est donc un choix que j’assume et je ne le regrette pas. J’en suis d’ailleurs fière.

 

5- Enfin, je voudrais en toute humilité joindre ma voix à celles de nombreuses personnes, pour apporter ma compassion et ma solidarité aux commerçantes et commerçants des marchés de Kara et de Lomé

qui ont vu leurs marchandises emportées par les flammes de ces incendies criminels. Seul l’éternel Dieu saura les calmer dans cette épreuve difficile. Quant au CST et à ses responsables auteurs du soidisant rapport, nous pensons que ce n’est pas la peine de procéder à une fuite en avant. Car, comme le dit un adage, « le mensonge se lève tôt, mais la vérité finie toujours par le rattraper en un seul t rait ». A mes proches et à tous ceux qui ont été touchés en voyant mon nom cité dans ce soi-disant rapport, qu’ils en soient rassurés. Je reste tel qu’ils m’ont connu. Dévoué et ayant un amour pour le travail.

Fait à Lomé le 26 novembre 2013

Raoul Kpatcha BASSAYI,

Directeur Général de l’Entreprise CENTRO

 

Lire la suite

Une mise au point du CST qui confirme le cafouillage dans son rapport d’enquête sur les incendies : Officier de police KPEMISSI ou Officier de police adjoint BIMIZI ?

Publié le 27 Novembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans incendie, Politique

Le décryptage de Peter Tchalawou et les nombreuses critiques sur le rapport d’enquête du CST sur les incendies sèment la panique au sein des responsables de ce mouvement. Ce rapport d’enquête a été sujet à beaucoup de commentaires venant aussi bien des membres de ce collectif que des journalistes et observateurs de la scène politique togolaise.

Jugé plein de contradictions et de légèreté, il avait fait l’objet d’un décryptage sérieux et assez objectif de la part d’un journaliste qui s’est appliqué à relever cinq zones d’ombre qui jettent du discrédit sur sa fiabilité et les procédures mises en œuvre pour aboutir à son élaboration.

Au rang de ces zones d’ombres figuraient les fantômes cités comme instigateurs des incendies de Lomé et de KARA.

En guise d’illustration, le cas de l’officier de Police KPEMISSI avait été soulevé suite à une mise au point que le Commissaire KPEMISSI Paya avait faite pour situer l’opinion sur les accusations gratuites portées contre sa personne par les auteurs de ce rapport.

En guise de réaction, Me Zeus Ajavon avait crié sur tous les toits, notamment sur Victoire FM, que le rapport d’enquête du CST n’a pas fait mention d’un commissaire de police KPEMISSI mais de «L'officier de police KPEMISSI, chargé des audiences du Président de la République, Faure Essozimna GNASSINGBE à Kara, en service au Commissariat de Police de Kara, originaire du même village de Pya que le Président de la République dont il est un parent. Cet Officier, un des principaux exécutants de l'opération de l'incendie du marché de Kara, a suppléé le Commissaire TCHALLA, commissaire central de la Police de la ville de Kara qui est habituellement l'homme des basses besognes du régime UNIR/RPT dans cette ville mais qui n'a pas pu prendre part aux réunions de formation du complot parce qu'il était malade..." »

Aussi miraculeux que cela puisse paraître, le CST dans sa mise au point du 26 Novembre 2013, ajuste les choses en indexant plutôt « l’Officier de police adjoint BIMIZI (et non KPEMISSI), en charge de la gestion des audiences du président de la République Faure Essozimna GNASSINGBE à Kara » comme étant un des instigateurs de l’incendie de Kara.

Comme pour donner raison au décryptage de notre confrère Peter Tchalawou, le CST vient par cette mise au point confirmer que le présumé officier de police KPEMISSI cité dans son rapport d’enquête, est réellement un fantôme qu’il a vite fait de substituer par l’Officier de police adjoint BIMIZI qui, lui, serait physiquement repérable.

Sans trop chercher à savoir le contenu des autres inquiétudes soulevées par Peter Tchalawou et certains observateurs de la scène politique togolaise, cet acte de plus vient confirmer l’improvisation, l’amateurisme et la légèreté de ce travail d’enquête du CST dont le contenu et la qualité demeurent sujets à caution.

Qu’est-ce que les responsables du CST voudraient-ils faire comprendre aux populations togolaises et à l’opinion internationale ? La mise au point du 26 Novembre 2013 qui apporte de nouveaux éléments à la compréhension sera-elle annexée au rapport d’enquête publié le 11 Novembre 2013 ou s’agit-il d’un travail à reprendre ? Dans leur déclaration du 26 Novembre 2013, les responsables du CST ont demandé au procureur ou au doyen des juges d’instruction à qui le rapport original a été transmis, « d’y faire suite conformément aux dispositions de l’article 195 du code pénal relatif à la dénonciation de criminels ». Doit-on comprendre que le procureur ou le doyen des juges d’instruction devraient se référer aux journalistes pour se procurer une copie de la mise du 26 Novembre 2013 au risque d’aller interpeller un certain officier de police KPEMISSI qui n’existe nulle part au Togo ?

 

 

Une  mise au point du CST qui confirme le cafouillage dans son rapport d’enquête sur les incendies : Officier de police KPEMISSI ou Officier de police adjoint BIMIZI ?
Lire la suite

Urgent : LE CST EN REUNION DE CRISE §

Publié le 26 Novembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans incendie, Politique

LE CST EN REUNION DE CRISE !

Suite aux déballages et aux rétropédalages survenus depuis la publication de leur rapport, le Collectif SAUVONS LE TOGO traverse une zone de forte turbulence avec des vagues de critiques qui font craindre le pire pour l’avenir de cette organisation atypique. Pour sauver le peu d’unité qui reste au sein du groupe, le coordonnateur du CST, celui-là même qui du haut de son titre d’avocat a tenté sur les médias de redresser les maladresses contenues dans ce rapport, a appelé ses collègues à une réunion de crise ce matin même au centre CESAL (à la Paroisse des Saints Martyrs de l'Ouganda à Tokoin). La piètre qualité du rapport et le manque de preuves matérielles pouvant étayer une argumentation solide contre les actions en justice qui s’annoncent, auraient poussé les acteurs du CST à revenir en arrière pour tenter de corriger ce qui peut l’être. Si sur le plan national les voix se sont élevées pour exprimer publiquement les désaccords, au sein de la diaspora, on a plutôt opté pour une démarche beaucoup plus pédagogique mais non moins vexatrice pour enjoindre les responsables du CST à plus de professionnalisme et de rigueur dans leur combat de tous les jours. Point n’est besoin de rappeler l’ambiance qui prévaut actuellement au sein du Collectif où visiblement, Me AJAVON semble être l’objet de manipulation de la part de l’ANC, principale organisation politique présente au sein de ce regroupement.

Lire la suite

Les correspondances de GOGUE et de Clumson-Eklou ETSRI à Zeus AJAVON

Publié le 20 Novembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans incendie, Politique, Incendie Togo

Copie du mail de Aimé GOGUE à Zeus AJAVON sur sa position et celle de ADDI vis-à-vis du "rapport d'enquête" du CST sur les incendies des marchés.

Ci-dessous le fac similé de la correspondance de Simeon Etsri Hihedeva Clumson-Eklu en réaction à la figuration de son nom et celui de son organisation (ATDH) parmi les signataires du rapport du CST sur les incendies des marchés.

Source: http://www.focusinfos.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1746%3A2013-11-20-16-00-02&catid=2%3Apolitique

Lire la suite

Etsri Clumson et Aimé GOGUE suivent les pas d'Agbeyome KODJO. Ils prennent leur distance vis-à-vis du rapport du CST

Publié le 20 Novembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans incendie, Incendie Togo, Politique

Etsri  Clumson et Aimé GOGUE suivent les pas d'Agbeyome KODJO. Ils prennent leur distance vis-à-vis du rapport du CST

Embarqué sans son consentement comme co-auteur d’un rapport d’enquête sur les incendies du Grand Marché de Lomé et de Kara, publié par le CST (Collectif Sauvons le Togo) au cours de sa conférence de presse du 11 novembre dernier, le patron du parti au symbole du football, Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, a exprimé son étonnement à un de nos confrères sous le couvert d’une confidence. Nous avons par devoir rapporter cette information qui nous a valu des anathèmes et des condamnations des amateurs de sensations. Nous fûmes traités de magiciens et torpilleur du grand Collectif Sauvons le Togo qui s’est donné comme noble ambition de sauver le Togo et de l’inscrire définitivement dans les nations modernes démocratiques, où la gouvernance vertueuse viendrait mettre un terme définitif à la misère et à l’injustice qui ont érigé droit de cité au Togo. Nous étions loin d’imaginer que nous ouvrons là un véritable feuilleton à rebondissement.

 

Face aux condamnations qui fusaient de partout sur les réseaux sociaux qui traitaient le Président National de OBUTS, Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, de coupable d’un acte de déloyauté vis-à-vis du CST pour des raisons obscures, celui-ci entrepris de rendre public sur la toile la mise au point qu’il adressa à Me Zeus Ajavon pour dénoncer la légèreté de la démarche et le caractère discourtois à l’égard de l’entité politique qu’il incarne au sein du CST. Il apporta ainsi confirmation du scoop dont nous sommes à l’origine dans ce qu’il convient désormais d’appeler AJAVONGATE qui embarrasse l’opinion car il est impensable que le CST puisse s’embarquer dans une aventure de ce genre avec tant de désinvolture et de misère prudentielle.

La confirmation de cette légèreté vient en début d’après-midi de ce mardi 19 novembre de la part du patron de l’ADDI (Alliance Démocratique pour le Développement Intégral), le professeur Aimé Tchaboré Gogué qui, au travers d’une correspondance (courrier électronic)qu’il aurait adressée au Coordonnateur du CST, Zeus Ajavon, fait constater que suite à la publication du courrier du natif de Tokpli à l’endroit du CST, qu’il est logé à la même enseigne que Agbéyomé Kodjo, et a fustigé cette gouvernance et affirmé que le patron de OBUTS avait raison fondamentalement de marquer ses distances par rapport à un dossier dont il est totalement étranger. Aimé Gogué n’a signé ce rapport et ignore tout de ce rapport et n’a obtenu la moindre explication avant sa publication. C’est ce qui ressort de cette correspondance citée plus haut. Outre cette sortie de l’ancien Doyen de la faculté des Sciences Economiques de Lomé, député à l’Assemblée nationale dont le parti est membre du FRAC de Jean Pierre Fabre, c’est le tour du Président de l’ATDH (Association togolaise pour les droits de l’Homme), Etsri Hihédéva Clumson-Eklu, membre du CST de confirmer n’avoir signé aucun rapport, contrairement aux allégations qui faisaient de lui co-auteur du prétendu rapport d’enquête du CST. Contacté par un membre de la rédaction de Telegramme228, il a déclaré qu’il se réserve la conduite à tenir dans les prochains jours et a d’ailleurs promis fournir quelque document au cas où il se décidait à intenter une action en justice. Il faut signaler que Me Zeus Ajavon depuis son éviction du CACIT a trouvé refuge au sein de son organisation dans laquelle il assume désormais le poste de 2ème Vice-Président. Au moment du bouclage de cet article, d’autres informations qui nous sont parvenues indiquent que l’ASSVITO (Association des Victimes de Torture au Togo) que dirige provisoirement le Kao Atcholi depuis l’incarcération du Commandant Olivier Poko Amah à la prison d’Atakpamé, n’aurait pas non plus eu connaissance de ce rapport avant sa publication.

Nous poursuivons nos enquêtes et reviendrons vers vous dès que nous aurons de nouveaux éléments de ce dossier. La question que tout le monde se pose est de savoir, est-ce un canalur, un coup politique ? Quand on sait que c’est autour de ce rapport que le FRAC a organisé son dernier meeting à la plage en exigeant la traduction en justice des barons du régime impliqués dans cette sale affaire. A suivre !

 

G.K, Lomé Source : | Horizon news

 

Lire la suite

L'étau se resserre, inexorable, sur Zeus AJAVON et le CST !

Publié le 19 Novembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans incendie, Politique, Incendie Togo

DAVID IHOU

Hébergeur d'image

Me ZEUS AJAVON est une "calamité juridique ", tout comme ses confrères Jil-Bénoît Afangbédji et Raphaël Kpandé- Adzaré, tous les trois, membres fondateurs du " Collectif Sauvons le Togo " ! J'ai lu leur rapport relatant la soi-disant " contre-enquête ", dans le torchon de Zeus AZIADOUVO, à qui j'ai décerné récemment la " médaille de l'imbécilité journalistique "… De sources concordantes, l'étau se resserre sur les signataires du rapport de cette blague juridique pondue par le tricheur du concours d'agrégation du CAMES (selon Forum) !

A) Sur les points III.2, intitulé " Sur les motivations du complot "

1°) Il faudrait être con comme un sabot pour croire le CST, qui accuse Mme AWADE Ingrid Nana, de vouloir s'accaparer le terrain sur lequel est bâti le grand marché de Lomé, qui est une propriété de l'Etat et de la municipalité de Lomé ! Si le Dr IHOU voulait s'accaparer ce terrain, je propose au gouverne- ment de lui racheter ce terrain pour vingt milliards FCFA, avec pour obligation, de construire un nouveau marché de la même capacité que l'actuel, dans un délai de deux ans ! Je fais faire le plan du nouveau marché que je fais publier et demande aux commerçant(e)s de pré-louer les magasins et les échoppes ! C'est ce qu'a fait un fauché guinéen, en construisant un " moll " à MADINA ! Tout le monde a couru pour prendre livraison des magasins, en payant trois, cinq, dix, vingt ans de pré-loyer ! Le record a été battu par un commerçant qui a payé 50 ANS de loyer d'avance pour ses enfants ! Le propriétaire du projet a trouvé deux fois le prix de son moll, sans dépenser un sou !

Mme Awadé INGRID est plus intelligente que tous les signataires du rapport bidon de ZEUS AJA- VON et aurait procédé ainsi, étant donné qu'elle est proche du régime! Pas besoin de faire brûler le marché de Lomé ! Directrice des Impôts depuis quelques années, elle a sensiblement augmenté les recettes fiscales du gouvernement, et sait exactement combien les femmes et commerçants du marché versent chaque année comme Impôts dans ses services ! Les femmes du grand marché ne sont que des locataires et non propriétaires des lieux ; Si l'Etat décide de vendre, elles déguerpissent après un pré- avis de deux ans par exemple ! L'esprit confus et diffus des signataires du rapport n'a pas l'intelligence minimale pour penser que Mme Ingrid AWADE, n'a aucun intérêt à ce que le marché de Lomé brûle ! C'est donc par pure jalousie que ces minables du CST signataires du rapport s'en prennent à Mme AWADE!

2) L'argument stupide du CST est que les femmes financent l'opposition !

Zeus Ajavon, les femmes du marché financent le pouvoir, et non l'op- position, et ce, depuis Sylvanus OLYMPIO ! Exemple concret : pour financer le cinquantenaire de l'indépendance du Togo, c'est une commerçante du marché qui a préfinancé cash, pour 230 millions, l'achat des pagnes qui ont servi au défilé du cinquantenaire, sur toute l'étendue du territoire national ! Une autre femme a payé cash, pour 140 millions, des pagnes et des gadgets hauts gamme, pour faire des cadeaux aux chefs d’Etat étrangers, aux dignitaires, aux diplomates ! Chers amis j'étais le Président de la Commission " PAGNE-LOGO-GAGDETS " du CPDC, qui a organisé les festivités du cinquantenaire, et je sais de quoi je parle ! Mieux, ZEUS AJAVON, sais-tu combien les femmes du marché ont financé UNIR pendant les dernières législatives du 25 juillet dernier, malgré l'incendie des marchés de Kara et de Lomé? Si je te le disais, tu vas aller demander des miettes pour faire des implants capillaires,…si tu veux, bien sûr ! Et tu sais pourquoi les femmes font cela ? Par esprit commercial, tout simplement, pour 90 % d'entre elles ! Quand tu seras Président, les femmes te financeront aussi, pour avoir par exemple, facilement, des marchés d'Etat de trois, quatre, cinq milliards de Francs ! CAPITO, Maître ? Dire donc que Mme AWADE est jalouse des femmes du marché parce qu'elles financent l'opposition, ce sont des niaiseries que seuls les dirigeants du CST peuvent débiter aux esprits confus et diffus de certains togolais ! Messieurs du CST, si les femmes du marché finançaient l'opposition, pourquoi le candidat de l'ANC, Jean- Pierre FABRE, était tellement fauché, à la dernière élection présidentielle de 2010, qu'il a fallu que ce soit un chef d'Etat ami de Faure Gnassingbé, qui lui donne des sous pour faire sa campagne électorale, bien sûr, naïf Zeus AJAVON, après avis favorable ? Si deux commerçantes de Lomé pouvaient sortir cash, 370 MILLIONS pour l'opposition, Fabre pourrait même s'acheter un hélicoptère de campagne !

 

B) Sur les points III, 3.1 : Des exécutants

A propos des " sept artificiers, véritables militaires professionnels ", il faut nous donner les noms, leurs No matricules ! C'est cela qu'on appelle une enquête, Me AJAVON ! Il faut donner aussi les noms des " miliciens du parti au pouvoir UNIR/RPT adjoints aux militaires professionnels " ! En plus, vous donnez la chronologie des faits comme si vous y étiez acteur ! Où étiez- vous cette nuit-là Zeus AJAVON ? Êtes vous sûr que vous ne faites pas partie du commando, ou que vous n'avez aucun de vos hommes parmi eux ? C'est la question que vous posera le procureur, le jour du procès !

C) Sur le point III.3.4 de votre contre-enquête, vous vous êtes enfoncé dans la bêtise et l'idiotie, en reliant l'affaire des incendies des marchés, avec des miliciens " au service de Toyi Gnassingbe, demi- frère du Président de la République ", alors que vous êtes l'avocat de son frère jumeau dans l'affaire d' " atteinte à la sûreté de l'Etat " !

D) Concernant Toussaint TOMETY, alias Mohamed LOUM, Mr le grand avocat Zeus AJAVON, pourquoi dans tout ce grand Lomé, c'est cet individu seul qu'on a " arrêté le 18 janvier, par des éléments de la SRI de la gendarmerie, qui l'ont sauvagement torturé pour lui arracher de fausses déclarations mettant en accusation des responsables et militants du Collectif Sauvons le Togo… " ! Pourquoi ces éléments n'ont pas plutôt arrêté ta mère ou ta femme ? Ce serait plus crédible pour leurs accusations !

E) A propos du Général ATCHA TITIKPINA, chef d'Etat-major des FAT. Messieurs du CST, un chef d'Etat-major Général d'une armée africaine a une prime annuel- le colossale ! Dans un pays voisin, c'est trois milliards CFA ! C'est six milliards dans un autre pays ! En France, c'est au moins vingt millions d'euros ! Tout ceci en dehors de leur salaire, qui est le plus élevé de tous les salaires publics, civils et militaires, à part ceux du Président de la République, du Premier Ministre, du Président de l'Assemblée Nationale et de certains directeurs de certaines sociétés d'ETAT ! Pourquoi un tel officier va tremper, selon vous, dans un incendie de marchés ? Vous marchez sur la tête, Maître !...

En conclusion : L'étau se resserre sur le CST ! Si j'étais le procureur, je vous poserai la question suivante, à votre procès :

" Qui a donné le nom " les derniers tours de Jéricho " aux manifestations du CST des 10, 11, et 12janvier 2O13 ? Et pour quel but ? " Et je ne vous lâcherai pas tant que vous ne me donnerez pas une réponse satisfaisante ! Moi, je vois une pluie de procès vous tomber sur le cul…à moins que vos 8 accusés (cinq officiers des FAT et trois civils) vous prennent pour des clowns et vous disent :

" Laissez mourir les cancres de leur propre poison ! "

Dr IHOU

LE MÉDIUM N° 0102 DU 19 AU 25 NOVEMBRE 2013
Lire la suite

On enregistre des plaintes contre Agbeyome Kodjo, Jean Pierre Fabre, Afangbedji, Zeus Ajavon

Publié le 15 Novembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans Politique, incendie

Incendies des marchés du Togo: Accusé dans l'enquête du CST, le Directeur de l’aéroport s’inscrit en faux contre le rapport et porte plainte

Togo - Le rapport sur les incendies publié par le CST pourrait lui causer des ennuis judiciaires. Les personnes mise en cause dans le rapport commencent par réagir et le premier est le Directeur généra de Société Aéroportuaire de Lomé Tokoin (SALT). C’est le lundi dernier que le Collectif Sauvons le Togo (CST) a sorti son rapport d’enquête sur les criminels incendies des marchés de Lomé et de Kara. Un rapport, le CST accuse plusieurs personnalités dont le Directeur de la Société Aéroportuaire de Lomé Tokoin (SALT).

Dans son rapport, le CST accuse Kogoé Sylvère Akrima comme étant le fournisseur du kérosène qui a servi aux incendies et qui a été prélevé sur le stock de la base chasse de l’aéroport international de Niamtougou.

Vu la gravité de l’accusation, ce dernier a au cours d’une rencontre avec certains journalistes rejetter  tous ce qui lui est reproché par le CST dans son rapport.
« Je démens catégoriquement et officiellement avoir participé de près ou de loin à la préparation et/ou à l’exécution des incendies qui ont ravagé les marchés de Kara et de Lomé. Je constate que le CST a cru utiliser mon poste de Directeur général de la SALT pour rechercher ma personnalité dans les incendies. En affirmant que j’ai prélevé du kérosène sur le stock de la Base Chasse de Niamtougou, le CST a fait preuve d’une ignorance totale des pratiques sur les plateformes aéroportuaires », a déclaré Sylvère Akrima.
« A force de vouloir d’abord identifier le coupable et lui coller par la suite une justification maladroite, le CST a oublié que la SALT ne dispose ni de Stock de kérosène ni d’une quelconque mainmise sur le kérosène. Il est connu de toutes les personnes de bonne foi que le kérosène est géré sur les plateformes aéroportuaires par les sociétés pétrolières qui les livrent directement aux aéronefs suivant un protocole. Au Togo, ces compagnies sont Total Togo, Shell Togo et Corlay Togo (MRS), a ajouté le Directeur de la SALT.

Sur ce, le Directeur de la SALT annonce avoir déposé plainte devant le procureur de la République contre les signataires du rapport qui a été publié. Il s’agit de Zeus Ajavon, Etsri Clumson-Eklu, Jil-benoît Afangbédji, Kao Atcholi, Francis Pédro Amuzun, Jean Pierre Fabre, Agbéyomé Kodjo, Aimé Gogué, Abi Tchessa, Abass Kaboua et Claude Améganvi.

Sylvère Kogoé Akrima ajoute qu’aucune intervention d’où qu’elle vienne ne saurait arrêter le cours de la plainte. « Si les mots honneur et responsabilité signifient encore quelque chose pour le CST, il lui revient d’apporter la preuve de mon implication dans les incendies des marchés de Kara et de Lomé », a conclu le Directeur de la SALT.

source : www.icilome.com
 

Lire la suite

Faure s'entretien avec François Hollande

Publié le 15 Novembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans Politique

Faure s'entretien avec François Hollande

Le président Faure Gnassingbé s’est entretenu vendredi après-midi à Paris avec son homologue français, François Hollande. Une rencontre de 45 minutes destinée à faire le point de la coopération entre le Togo et la France et d’évoquer les grands axes de l’aide publique au développement.

Les questions de politique étrangère ont également été évoquées. D’abord la situation en Syrie. Les deux chefs d’Etat ont salué les progrès encourageants enregistrés dans le règlement de la crise, notamment la collaboration des autorités de Damas dans le cadre du processus de démantèlement sous contrôle international de ses armes chimiques. Ils ont cependant déploré la crise humanitaire avec un nombre croissant de réfugiés. D’où l’urgence d’organiser la conférence de paix de Genève II afin de parvenir à une solution pacifique.

MM. Gnassingbé et Hollande ont parlé des crises qui secouent plusieurs pays africains, en particulier l’Egypte, la Centrafrique et la Guinée Bissau.

Il a évidemment été question du Mali. Faure Gnassingbé et François Hollande se sont félicités de l’élection du nouveau président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) et ont exhorté les autorités de ce pays à poursuivent leurs efforts, à travers l’organisation des élections législatives et municipales.

Le président togolais a souligné la nécessité de soutenir les efforts entrepris par les pays de la région du Sahel et du Golfe de Guinée en vue de lutter collectivement et efficacement contre le terrorisme, la criminalité transfrontalière organisée et la piraterie maritime.

Evoquant la situation politique au Togo, François Hollande a salué le bon déroulement des récentes élections législatives. Il a encouragé son homologue togolais à continuer par privilégier le dialogue et la recherche du consensus pour le règlement des différends politiques pour préserver la paix sociale et la consolidation de la démocratie et des acquis de la gouvernance économique.

Faure Gnassingbé s’est déclaré déterminé à réconcilier tous les togolais et à poursuivre les réformes politiques, institutionnelles et constitutionnelles en vue de faire du Togo un Etat de droit respectueux des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Durant l’entretien, il a été question de coopération bilatérale. Les deux responsables sont tombés d’accord pour dynamiser les divers domaines de partenariat économique et d’explorer les voies et moyens de réaliser des projets structurants aux bénéfices des populations. Ils ont saisi également cette occasion pour saluer l’initiative de l’Union Européenne de doubler son aide au développement en faveur de l’Afrique de l’Ouest pour la période 2014-2020 qui sera consacrée aux secteurs de l’agriculture, des infrastructures, des ressources naturelles, de la prévention des conflits et de l’intégration régionale.

Plusieurs ministres assistaient, côté togolais à la rencontre dont Robert Dussey, le chef de la diplomatie, Victoire Dogbé-Tomegah, la ministre du Développement à la base, Noukopou Dammipi, le ministre des Mines et de l’Energie, Cina Lawson, la ministre des Télécommunications et de l’Economie numérique, Kouméalo Anaté, la ministre de la Communication et Gilbert Bawara, le ministre de l'Administration territoriale.

François Hollande et Faure Gnassingbé côté cour

_________________________________________

Après leur entretien, les deux chefs d’Etat se sont adressés aux journalistes dans la cour de l’Elysée.

François Hollande a rappelé combien il était important d’assurer la sécurité de l’Afrique. Il a salué le Togo pour son action au Mali. 1.000 soldats togolais sont actuellement sur le terrain dans le cadre de la Minusma.

Le président français a évoqué la coopération économique avec le rôle déterminant joué par l’Agence française de développement (AFD). Il a, notamment, mentionné les performances exceptionnelles enregistrées par le Port autonome de Lomé(PAL).

‘L’économie togolaise est dynamique, même si le pays n’a pas beaucoup de ressources’, a souligné M. Hollande.

Le chef de l’Etat français a déclaré qu’il attachait un grand prix à la démocratie.

De son côté, Faure Gnassingbé a rendu hommage au rôle de la France au Mali et s’est félicité de l’organisation en décembre prochain à Paris du Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique.

Le président togolais a réaffirmé le caractère commun de la lutte contre le terrorisme et l’obligation pour la France de ne pas abandonner la Centrafrique afin que ce pays ne devienne pas un sanctuaire pour les groupes terroristes.

Répondant à François Hollande, M. Gnassingbé a indiqué sa ferme détermination à renforcer le dialogue politique et la démocratie dans son pays.

Les images ci-dessous

Lire la suite

SCANDALE : FAUSSES SIGNATURES SUR LE RAPPORT DU CST RELATIF AUX INCENDIES

Publié le 14 Novembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans Politique, incendie

SCANDALE : FAUSSES SIGNATURES SUR LE RAPPORT DU CST RELATIF AUX INCENDIES

Le rapport qui vient d’être publié par le CST et qui était censé constituer un brûlot contre le Pouvoir, est plutôt en train de produire des effets dévastateurs au sein du collectif.

En effet, il semble que ce rapport soit en train de menacer sérieusement l’unité déjà fragile au sein du CST.

Pour cause, bon nombre de responsables du collectif ont été surpris par la publication de ce travail « d’enquête » portant pourtant en appendice leurs noms comme signataires du rapport.

C’est le lundi 11 novembre dans la salle du centre communautaire de Bè, alors qu’ils étaient convoqués pour une conférence de presse par ZEUS AJAVON pour parler des problèmes d’actualité, que plusieurs responsables ont pris connaissance de l’existence d’un document estampillé « rapport d’enquête du CST sur les incendies des marchés ».

Selon les informations, le présent rapport « d’enquête » est le fruit du « travail » d’un seul individu : Claude AMEGANVI, le président et unique militant du Parti des « Travailleurs » du TOGO. Il a réalisé son document sur la base d’un colmatage de rumeurs de cabarets et de débilités d’un journaleux de la place.

Etant un désœuvré et un chômeur chevronné, celui qui préside le parti des travailleurs, a pris son temps pour faire un ramassis de tout ce qui se raconte dans les baraques à rideaux blancs de HANOUKOPE où il traîne à longueur de journée.

Quand on connaît les effets que peuvent produire un alcool comme le whisky local « Sodabi », on comprend aisément les contours du contenu du présent rapport.

En plus de ces ragots de cabarets, Claude AMEGANVI a fait preuve de génie en ajoutant à son travail les élucubrations venues de nulle part que BONERO LAWSON tient depuis plusieurs mois sur l’affaire des incendies des marchés. Dans le corps des journalistes au TOGO, ce journaleux est connu comme un débile mental qui ne passe son temps qu’à attaquer les morts. Depuis la publication du « rapport AMEGANVI », il faut l’appeler comme cela, l’atmosphère est devenue plus délétère au sein du CST. Après avoir menacé ZEUS AJAVON qui une fois encore fait preuve d’irresponsabilité à la tête de ce collectif, certains responsables d’entités membres sont en train de prendre rapidement des dispositions contre toute éventuelle réaction de la part de ceux qui ont été cités dans le « rapport AMEGANVI » comme auteurs des incendies sur la base d’aucune preuve ni fondement.

Si ces responsables ont déjà saisi leurs avocats pour se désengager de toute responsabilité sur ce document, ils semblent avoir raison parce qu’on apprend en effet que certaines personnalités citées dans le rapport sillonnent depuis le mardi 12 novembre les couloirs du Palais de Justice de Lomé pour intenter une action.

Et comme le dit l’adage, « quand on lance un caillou, chacun cherche à protéger sa tête».Parce que c’est effectivement une grosse pierre qui est en train d’être chargée dans une catapulte en direction du CST.

Bien malin est celui qui pourrait déjà savoir comment chacun des responsables du collectif va se sauver, et si la casquette de vieux paysan que Claude AMEGANVI a souvent bien vissée sur le crâne pourra l’épargner des impacts. En tout état de cause, les incendies provoqués par les responsables du CST n’ont pas fini de brûler. Les pyromanes des 10 et 12 janvier sont retournés d’où ils venaient avec des braises qui sont en train de les consumer lentement.

Lire la suite

Sortie suicidaire du CST, Bonero Betum-LAWSON l'enquêteur en chef conduit l'opposition en prison

Publié le 12 Novembre 2013 par @Abdel-L'investigateur dans Politique, incendie, justice

Les carottes sont belle et bien cuites pour le CST qui vient de faire une sortie suicidaire dans l'affaire des incendies des marchés.

Il y aura bientôt un an que deux de nos principaux centres économiques de notre pays prenaient feu, l’un après l’autre et ceci dans des conditions très étranges. Survenus à des dates très particulières ces incendies ses marque le début et la fin d’une série de manifestations organisée par le Collectif Sauvons le Togo qui faisait entendre à qui le voulait, que par ces manifestations désigné « DERNIERS TOURS DE JERICHO », le régime de Faure allait connaître une fin brutale.

le jeudi 10 janvier 2013, premier jour de l’opération « DERNIERS TOURS DE JERICHO », le grand marché de Kara est ravagé par les flammes. C’est la stupeur totale, l’incompréhension et les interrogations. D’où viennent ces flammes ? Pourquoi avoir choisi le grand marché pour commetre un tel acte ? Les femmes du grand marché de Kara n’ont pas fini de pleurer leur drame que le 12 janvier 2013 soit le troisième et dernier jour de l’opération « DERNIERS TOURS DE JERICHO » on annonce avec plus de consternation la destruction du grand marché de Lomé, un pôle économique de la sous-région. Malgré la mobilisation des sapeurs-pompiers et le renfort venu du pays voisin, les flammes vont consumer totalement ce grand centre économique fraichement réhabilité à hauteur de trois milliards de francs CFA.

C’est dans ce contexte d’agitations socio politique sur fond de destruction et de pillage organisé par le CST de Jean Pierre Fabre et d’Ajavon Zeus que nos deux principaux marchés ont été détruits. Dans la foulé, plusieurs édifices publics et privés sont visés par des pyromanes heureusement vites maitrisés par les agents des forces de l’ordre. CIB INTA à Atakpamé, M3.Com à Kara deux sociétés appartenant à des personnalités proches du pouvoir togolais, le Marché d’ Adidogomé, la société CIMTOGO au port, le siège de TOGOTELECOM à Agbalepedo. Tous ces immeubles et centres d’affaires étaient sur la liste des cibles à atteindre selon les déclarations des personnes interpellées dans les jours qui ont suivi ces incendies suite à l’enquête diligentée par le gouvernement.

Certaines de ces déclarations ont été rendues publiques et nous avons eu l’occasion de constater l’ampleur du crime que projetait d’organisé le CST contre notre économie nationale.

Voir

http://abdelinvestigateur.overblog.com/transcription-des-d%C3%A9clarations-de-christophe-adant%C3%A9-agbegnizi .

http://www.youtube.com/watch?v=Mj68sfUvJZU http://www.youtube.com/watch?v=RHOXLdhm5j4

http://www.youtube.com/watch?v=CsBBSad63Ao

Au cours de l’instruction du dossier, certains leaders du CST ont été entendu et d’autres sont toujours détenus pour les besoin de l’enquête. La dernière grande interpellation dans ce dossier est celui du député KWAMI MANTY dont personne n’en parle même au sein du CST. Son nom est plusieurs fois revenu dans les déclarations des personnes interpellées depuis les moins de janvier et février 2013. L’interpellation de Kwami Manty a tout récemment conduit à l’inculpation d’Eric DUPUY et de Claude AMEGANVI.

Constatant l’éclatement de l’affaire que l’étau se resserrait autour de lui, le CST a tenté de jouer à la diversion en appelant en vain à la mise en place d’une enquête internationale à côté de celle diligentée par les autorités togolaise avec l’appui de la France d’autres pays alliés. Fort des résultats de cette enquête la piste criminelle des incendies a été confirmée.

Les témoignages et les dépositions des prévenus sont sans appels. Avant les derniers tours de Jericho, des réunions de planifications ont été organisées au siège de l’ANC avec la présence effective des principaux leaders de ce parti à savoir, Jean Pierre Fabre, Eric DUPUY, Alexandre Amorin, Jean Eklou, Alphonse KPOGO à qui se sont associé, Ajavon Zeus avec son concept de la révolution au nom de l’article 150 de notre constitution, Gérard ADJA, Agbeyome Kodjo. Le but de ces rencontres étaient la destruction des différents marchés de notre pays par le feu afin de provoquer une sorte de révioltultion des populations qui dans son excès de colère sortira de tous les coins du pays pour manifester contre le pouvoir établi. L’exécution de ce vaste projet criminel sur le terrain a été confiée au député Kwami Manty, au leader des jeunes de l’ANC, Jean Eklou puis ADJA Gérard, l’un des patrons du parti OBUTS. Le procureur de la République dispose actuellement d’éléments probants qui confirment les déclarations des personnes détenues.

Alors que la justice s’apprête à ouvrir le procès afin de situer les responsabilités des uns et des autres dans cette sordide affaire, c’est un CST acculé de toute part qui vient signer son arrêt de mort politique en publiant un pseudo rapport rédigé sans doute dans la chambre à coucher d’Eric DUPUY.

Un Eric DUPUY qui a manqué de dire au juge instructeur la semaine passée tout ce qu’il savait de ces incendies.

Claude AMENGANVI qui revient au-devant de la scène avec cette affaire d’incendie disait ceci dans une de ses déclarations : « Je ne sais rien d’autre que les informations publiées par les médias au sujet de ces incendies » et de continuer en affirmant que « le Parti des travailleurs ayant formellement démissionné du CST depuis le 15 novembre 2012 pour désaccord avec sa participation au dialogue avec le régime RPT, son représentant au CST que je suis n’a participé à aucune des activités du CST entrant dans le cadre de la préparation de la campagne des manifestations dites des « 3 jours de Jéricho » en janvier 2013 »

Chose très curieuse c’est ce même Claude AMEGANVI qu’on retrouve signataire d’un rapport du CST. Un rapport qui n’est que la litanie d’un « criminel » devant la potence.

Les leaders du CST qui ont signés ce rapport ont été dans leur ensemble écouté par le juge instructeur et en aucun moment personne n’a eu le courage de dire au juge ce qu’il savait de ces incendies. Il a fallu donc plus de 10 mois après et une série d’inculpation que ces messieurs nous serve un ramassis de nom sans aucune base d’objectivité et de scientificité On ignore comment ces opposants s’y sont pris pour mener un travail de terrain, interroger les témoins, réaliser les expertises. Ils sont peu précis sur les méthodes de travail utilisées.
En revanche, ils se veulent précis sur les vrais responsables, selon eux, des drames. Le rapport au contenu délirant accuse pèle même le chef d’Etat-major de l’armée de terre, le préfet de la Kozah, la directrice des impôts ou encore le directeur général de l’aéroport de Lomé.

Au demeurant l’on ne s’étonnera pas que ce prétendu rapport ne soit que la retranscription des propos du déréglé mental de la corporation, l’irresponsable Bonéro Betum LAWSON qui depuis le mois d’avril affirmait que c’est Faure et certains généraux qui ont incendié les marchés de notre Pays.

hebergeur d'image

Ecouter http://www.youtube.com/watch?v=2r5GX6WPHUE

Quand toute la défense d’un groupe d’individu se fonde sur des propos et écrits manifestement faux d’un journaleux, comprenez que l’heure est à la débandade dans les rangs de nos amis du CST et qu’il n’y a pas plus belle occasion offert par eux eu même à leurs adversaires (c’est à dire le pouvoir) pour les trimbaler devant les tribunaux. Une seule plainte venant des personnes citées dans ce faux rapport et toute la bande d’aventurier et leur sort est scellé. S’ils ne sont pas stupides c’est qu’ils sont des gamins qui ignorent les conséquences de leurs actes.

Lire la suite

Afficher plus d'articles

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>